michel platini s'élève contre les insinuations de corruption
michel platini s'élève contre les insinuations de corruption © reuters

La justice suisse enquête sur un virement de près de deux millions d'euros versés à Michel Platini. L'ancien footballeur, candidat à la présidence de la Fifa, a été entendu comme témoin et assure qu'il s'agit d'un reliquat de salaire, pas de corruption.

La procédure pénale lancée en Suisse vise l'ancien président de la Fifa, Joseph Blatter, qui a démissionné en juin dernier. Il venait tout juste d'être réélu à la tête de l'instance mondiale du football mais était mis en cause dans un vaste système de corruption. Le 27 mai, plusieurs hauts responsables de la Fifa avaient été arrêtés dans un hôtel à Zurich, sous l'impulsion d'une enquête américaine.

Vendredi, Joseph Blatter a été auditionné "en qualité de prévenu" par les enquêteurs suisses. En parallèle, Michel Platini a été entendu comme témoin. Les enquêteurs se penchent notamment sur un virement de 1,8 million d'euros, en février 2011. Les deux hommes assurent qu'il s'agit d'un arriéré pour des travaux effectués entre janvier 1999 et juin 2002.

Pour la justice suisse, une telle somme versée presque dix ans trop tard, c'est suspect. Les explications de Jérôme Jadot.

Dans un communiqué, Michel Platini affirme :

Je suis satisfait d'avoir pu éclaircir ce point envers les autorités.

Le gouvernement français, de son côté, a assuré soutenir l'ancien numéro 10. Le Premier ministre Manuel Valls a déclaré lui faire "entièrement confiance", tout en précisant qu'il revenait "à la justice de faire son travail".

Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux Sports, soutient toujours Michel Platini.

LIRE AUSSI ►►► Sepp Blatter visé par une procédure pénale

Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.