Un tribunal arbitral reprend ce lundi à Paris l'examen du litige qui oppose l'homme d'affaires au régime russe, qu'il accuse de l'avoir dépouillé de ses sociétés.

Serguei Pougatchev en 2009
Serguei Pougatchev en 2009 © AFP / DMITRY AZAROV / KOMMERSANT

Ce lundi matin, un tribunal arbitral reprend à Paris l'examen de l'affaire qui oppose Serguei Pougatchev à la Russie. Le richissime actionnaire est connu pour avoir tenté (en vain) ces dernières années de redresser l'épicerie de luxe Hediard ou le journal France Soir, où son fils Alexandre Pougatchev avait pris les rênes du quotidien. Natrualisé français depuis 2009, il vit aujourd'hui sur la Côte d'Azur et accuse le régime russe de l'avoir dépouillé de ses sociétés. De l'autre côté, la Russie conteste ces accusations et et réclame à Paris son extradition pour détournement de fonds.

Serguei Pougatchev est de cette génération d'oligarques qui s'est enrichie sur les ruines du communisme après la chute de l'URSS, autour de Boris Eltsine puis de Vladimir Poutine. "Je connais Poutine depuis très longtemps, je l'ai même aidé à prendre le pouvoir en Russie", dit-il même. Dans les années 2000, il est surnommé "le banquier du Kremlin" : il possède des chantiers navals, des mines... et n'oublie pas de mettre une partie de sa fortune à l'abri en Europe.

Faillite en 2010

Mais autour de Poutine émerge une nouvelle génération de conseillers, issue comme lui du renseignement et de l'armée. En 2010, la banque de Pougatchev fait faillite, et l'Etat russe s'empare de ses sociétés. "Ils m'ont tout pris, ils n'ont rien laissé", déclare-t-il. Fin janvier 2016, il a perdu son dernier recours face à la justice russe. En mai 2016, les autorités russes ont obtenu la saisie de ses biens à l'étranger, dont plusieurs propriétés en France.

Aujourd'hui, il réclame 12 milliards de dollars, soit plus de 11 milliards d'euros : "C'est le minimum pour réparer le préjudice de mon expropriation par les autorités russes", explique-t-il.

La Russie demande son extradition

Comme d'autres oligarques déchus Sergueï Pougatchev se réfugie à Londres puis en France, où il affirme ne jamais se sentir en sécurité. "Après mon départ de Russie ils ont essayé de me tuer, à de nombreuses reprises, en France, à Londres", explique-t-il.

"Bien sûr que j'ai peur... mais moi j'ai choisi la voie judiciaire, pas comme la Russie".

La Russie a une autre version de l'affaire : elle accuse Sergueï Pougatchev de détournement de fonds, et a demandé début mars son extradition de France. Mais son avocat invoque la confidentialité qui entoure la procédure d'arbitrage.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.