Le tribunal de Bastia, qui se penchait sur l'affaire de Sisco et l'emballement médiatique et politique qui a suivi, a condamné tout le monde. Pour le maire, l'affaire est close.

Dès le lendemain de la rixe, des débordements avaient eu lieu en Haute-Corse
Dès le lendemain de la rixe, des débordements avaient eu lieu en Haute-Corse © Maxppp / Christian Buffa

Le procureur a tout résumé : pour lui, ce qui s'est passé le 13 août dernier n'était finalement qu'une "rixe minable", qui n'aurait jamais dû engendrer autant de réactions et de polémiques. L'audience aura duré douze heures, pour aboutir à des condamnations pour les cinq prévenus, trois frères marocains et deux villageois. Pour Mustapha Benhaddou, considéré comme le principal responsable de la bagarre, deux ans de prison ferme. Des peines avec sursis pour les autres. Le procureur souligne toutefois la réaction "délirante" du village, qui a frôlé le lynchage collectif.

Pour le maire de Sisco, Pierre-Ange Vivoni, qui avait pris un arrêté anti-burkini dans la foulée en espérant apaiser ses concitoyens, il est grand temps de mettre un point final à cette histoire.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Rixe de Sisco : jusqu'à deux ans de prison ferme

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.