Manifestant touché par des grenades offensives assourdissantes
Manifestant touché par des grenades offensives assourdissantes © PHOTOPQR/LA NOUVELLE REPUBLIQUE / PHOTOPQR/LA NOUVELLE REPUBLIQUE

Invité de la matinale de France Inter jeudi, le ministre de l'Intérieur avait annoncé qu'il ferait des annonces. Promesse tenue : il interdit l'utilisation des grenades qui ont tuées Rémi Fraisse à Sivens.

► ► ► LIRE | Bernard Cazeneuve, invité de la matinale de France Inter

► ► ► LIRE | La version officielle malmenée

Parce que cette munition a tué un jeune garçon de 21 ans et que cela ne doit plus jamais se produire, j'ai décidé d'interdire l'utilisation de ces grenades dans les opérations de maintien de l'ordre

Il s'agit des grenades à effet de souffle non lacrymogènes ou grenades offensives , utilisées exclusivement par la gendarmerie et lancées à la main, dont Bernard Cazeneuve avait déjà annoncé la suspension après le drame. En outre, les grenades lacrymogènes à effet de souffle utilisées tant par la police que par la gendarmerie devront désormais l'être par un binôme, a-t-il ajouté.

L' utilisation de grenades lacrymogènes et de désencerclement ne feront pas l'objet de restrictions, a-t-il dit en précisant que la doctrine française de maintien de l'ordre qui consistait à maintenir les manifestants à distance avait fait ses preuves. Autre mesure : une autorité civile spécialement déléguée par le préfet sera présente lors des opérations de maintien de l'ordre à risque, lequelles seront dorénavant filmées. Un autre rapport de l'inspection générale de la gendarmerie sur le maintien de l'ordre sera remis en décembre, a expliqué le ministre de l'Intérieur en rappelant qu'une enquête judiciaire était en cours sur la mort de Rémi Fraisse.

La mort du jeune botaniste, dans la nuit du 25 au 26 octobre, a suscité une vague d'émotion dans tout le pays et a donné lieu à des manifestations contre les violences policières. Ces nouvelles mesures ne s'appliqueront pas au GIGN et aux unités spécialsiées de la police.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.