Ils avaient été interpellés six jours après "l’acte II" des gilets jaunes, mais n'ont pas le même profil que la plupart des prévenus qui ont défilé en comparution immédiate. Ces jeunes étudiants néo-fascistes sont jugés pour association de malfaiteurs.

Ces hommes avaient été interpellés six jours après « l’acte II » des gilets jaunes, et les affrontements place de l’Etoile.
Ces hommes avaient été interpellés six jours après « l’acte II » des gilets jaunes, et les affrontements place de l’Etoile. © AFP / Bertrand GUAY

Le 1er décembre, place de l'Étoile, quelques dizaines de militants se rassemblent derrière une banderole. Le slogan n'est compris que des initiés ("Le peuple aux abois, tuons le bourgeois"), mais selon une source policière, l’image qui circule sur les réseaux sociaux, c'est "la photo de famille" de l'ultra-droite française actuelle. Certains partent ensuite monter des barricades et affronter les forces de l'ordre.

Six jours plus tard, les six prévenus sont interpellés au petit matin. L'un d'eux accueille les policiers par des insultes. Le 10 décembre dernier, ils étaient cités en comparution immédiate, mais ont tous demandé un délai pour préparer leur défense, et seront donc jugés demain pour association de malfaiteurs en vue de commettre des violences et des dégradations, et pour des tags.

Leur profil tranche avec la masse des "gilets jaunes" qui se succède devant le même tribunal, souvent des intérimaires ou trentenaires de province, qui galèrent entre chômage et petits boulots. Eux sont parmi les plus jeunes (une vingtaine d’années), majoritairement parisiens (pour quatre d’entre eux). Pour l’anecdote, l’un descend d’une très ancienne famille de la noblesse française, dont un autre représentant dirigeait il y a quelques années la branche française de la Fraternité Saint-Pie X, société de catholiques intégristes.

Cinq des prévenus sont étudiants, à la Sorbonne, à l’université catholique de Lyon ou en école de commerce. Pour les études, "c’est un carton plein, de hauts potentiels", avait même ironisé le procureur à l’audience du 10 décembre.

La relève du GUD

Mais le procureur a rappelé que tous sont surtout connus pour appartenir à la mouvance "ultranationaliste". En clair (comme Streetpress l’a déjà raconté), pour être membres soit du mouvement Bastion social (né à Lyon et qui a une antenne à Strasbourg notamment), soit du groupuscule des Zouaves Paris, qui passe pour être plus radical. Les deux ont pris la relève du GUD ("groupe union défense"), l’organisation étudiante d’extrême-droite mise en sommeil il y a un an, avec parfois les mêmes méthodes.

Deux des prévenus ont été jugés en juin dernier pour l’attaque du Lycée autogéré de Paris (une dizaine de personnes avaient débarqué en faisant des saluts nazis et proférant des insultes, cassant du matériel et blessant légèrement deux élèves). L’un des jeunes hommes avait été relaxé, faute de pouvoir être identifié avec certitude. Son avocat a d’ailleurs protesté le 10 décembre quand le procureur a évoqué ce précédent procès.

Son co-prévenu avait en revanche été condamné en juillet à un an de prison avec sursis (il y a un appel), alors qu'il finit d’exécuter un travail d’intérêt général pour une précédente condamnation pour participation à un attroupement avec arme. Cette réitération "inquiétante", selon le procureur, a motivé son maintien en détention provisoire. Sur Facebook, une page proche de la mouvance a posté en guise de soutien le poème "Noël en taule" de Robert Brasillach, collaborateur et antisémite, qui fut emprisonné à Fresnes avant d'être fusillé en 1945.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.