Le tribunal correctionnel de Paris vient de fixer les dates provisoires du procès de François et Penelope Fillon, ainsi que l’ancien suppléant de François Fillon à l’Assemblée nationale, Marc Joulaud. L'indisponibilité d'un avocat (saisi sur une autre affaire) pourrait entraîner une modification de cette date.

L'ancien candidat à la présidentielle sera notamment jugé pour "détournement de fonds publics" et "complicité d’abus de biens sociaux".
L'ancien candidat à la présidentielle sera notamment jugé pour "détournement de fonds publics" et "complicité d’abus de biens sociaux". © AFP / Harold Cunningham

Du 24 février au 10 mars 2020 : pendant un peu plus de deux semaines l'an prochain, les époux Fillon devront répondre de "détournement de fonds publics et complicité", "complicité d’abus de biens sociaux" pour François Fillon, de "complicité et recel "de ces délits pour son épouse Penelope. Fixée lors d'une audience ce jeudi, les dates sont néanmoins susceptibles d'évoluer en raison des difficultés d'agenda de l'un des avocats dans le dossier. 

À leurs côtés sur le banc des prévenus, Marc Joulaud, ancien suppléant de François Fillon à l’Assemblée nationale, aujourd’hui maire de Sablé-sur-Sarthe et député Les Républicains au Parlement européen. Il est soupçonné de détournement de fonds publics. 

Un million d'euros 

Dans cette retentissante affaire, la somme potentiellement détournée est estimée à un million d'euros. Car Penelope, mais aussi les enfants du couple, Charles et Marie - qui eux ne sont pas poursuivis par la justice - ont tour à tour occupé pendant des années des postes d’assistants parlementaires auprès de François Fillon ou de son suppléant à l’Assemblée nationale.

L’Assemblée nationale où Penelope Fillon n’a jamais été vue. Pas plus que lors de réunions publiques dans le département d’élection de son mari, la Sarthe.

L’affaire, révélée par le Canard enchaîné en janvier 2017, avait pollué de bout en bout la campagne du candidat des Républicains à l'élection présidentielle. François Fillon avait alors été éliminé dès le premier tour du scrutin. Il encourt aujourd'hui dix ans de prison.

Également mis en examen dans cette affaire, le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, a lui opté pour une alternative au procès, en acceptant une procédure de plaider-coupable. Il a été condamné en décembre à huit mois de prison avec sursis et 375 000 euros d'amende pour avoir accordé un emploi de complaisance, en partie fictif, à Penelope Fillon au sein de la Revue des deux mondes.

Trois juges d'instruction du pôle financier de Paris ont rendu le 19 avril 2019 une ordonnance de renvoi en correctionnelle.
Trois juges d'instruction du pôle financier de Paris ont rendu le 19 avril 2019 une ordonnance de renvoi en correctionnelle. © Visactu / Visactu

POUR ALLER PLUS LOIN : Tous nos articles sur l'affaire Fillon

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.