INFO FRANCE INTER - Un homme de 31 ans, soupçonné d'avoir vandalisé la stèle du maréchal Juin à Paris mi-novembre, a été arrêté et placé en garde à vue. Il a été identifié grâce à "l'exploitation minutieuse des caméras et de la téléphonie".

Au centre de la place d'Italie, à Paris, un monument en mémoire du maréchal Juin avait été dégradé à l'occasion d'une manifestation des "gilets jaunes"
Au centre de la place d'Italie, à Paris, un monument en mémoire du maréchal Juin avait été dégradé à l'occasion d'une manifestation des "gilets jaunes" © AFP / Alain JOCARD

Un homme soupçonné d'avoir vandalisé la stèle du maréchal Juin, à Paris, à l'occasion d'une manifestation de "gilets jaunes" du 16 novembre, a été arrêté et placé en garde à vue dans les locaux de la PJ parisienne, selon une source proche du dossier. Sollicité par France Inter, le parquet de Paris a confirmé l'information.

Sur les vidéos qui ont circulé sur les réseaux sociaux, on voit un groupe de manifestants dégrader la stèle pour confectionner des projectiles et les lancer sur les forces de l'ordre. Mais il y a pour la préfecture de police surtout un homme, considéré comme un meneur et suffisamment aguerri pour échapper aux policiers disposés sur les différentes avenues qui mènent à la place d'Italie ce jour-là. On l'aperçoit le visage à moitié masqué et armé d'un pied de biche. Ce que l'on sait de l'homme qui a été interpellé ce matin, c'est qu'il est  âgé de 31 ans, il réside dans le département des Yvelines et les services de police le considère comme un membre "très actif" des gilets jaunes. Il a des antécédents judiciaires : il a déjà été condamné pour des violences et des dégradations. 

L'identification de l'homme de 31 ans a été rendue possible par "l'exploitation minutieuse des caméras et de la téléphonie", a tweeté la préfecture de police après la diffusion de notre article.

Des violences avaient eu lieu samedi 16 novembre à Paris à l'occasion du premier anniversaire des "gilets jaunes", notamment place d'Italie, où les forces de l'ordre avaient tenté de disperser de petits groupes de casseurs. Au centre de la place, un monument en mémoire du maréchal Juin avait été dégradé.

Un hommage républicain en présence d'Anne Hidalgo s'était tenu deux jours après place d'Italie.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.