Le procès Merah se poursuit dans une ambiance tendue, très tendue même si l’on en croit le paroxysme atteint lors de l'audition de la mère de Mohamed et Abdelkader Merah.

La mère de Mohamed et Abdelkader Merah, Zoulikha Aziri, au procès de son fils
La mère de Mohamed et Abdelkader Merah, Zoulikha Aziri, au procès de son fils © AFP / JACQUES DEMARTHON

Il y avait eu les insultes que n’ont pu réfréner les parties civiles. Les menaces de morts à l’encontre de l’avocat de la défense. Les multiples prises de becs au cours des débats. C’est dans une ambiance souvent tendue, parfois détestable que se déroule cette audience depuis près de trois semaines.

On a cette fois atteint un paroxysme après des heures d’audition de la mère de Mohamed et Abdelkader Merah. Des heures d’évidents mensonges pour celle qui défend son fils jusqu’à l’absurde. 

Il y a eu la phrase de trop … dans une salle déjà moite et tendue à l’extrême. “Qu’est-ce que vous lui reprochez à cette femme ? s’insurge Me Dupond-Moretti. "Qu’elle défende son fils? Elle est aussi la mère d’un mort !”

"Taisez-vous ! Vous n’avez pas honte ?"

Dans la salle, le frère du premier militaire tué se lève : “Taisez-vous ! Vous n’avez pas honte? Vous êtes méchant, vous êtes de la merde !”, hurle Naoufal Ibn Ziaten. 

"J'ai explosé, ça venait vraiment des tripes. Le fait de dénigrer les victimes, les rabaisser c'était vraiment de trop", explique-t-il après l'audience. 

Mais dans la salle, les cris fusent, l’audience vire au chaos  … mais se poursuit. La sérénité des débats n’est décidément pas au rendez-vous dans ce procès. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.