Christiane Taubira
Christiane Taubira © REUTERS/Philippe Wojazer

Le maire de Tarbes est soupçonné de collusion avec la procureur de Tarbes, qui le tenait régulièrement informé de l’avancée de l’enquête ouverte à son endroit sur fond de marchés truqués. L'inspection générale des services judiciaires a été saisie.

Selon Médiapart (contenu payant), Gérard Trémège, maire UMP de la ville de Tarbes, visé dans une enquête concernant une affaire de quelque deux cents marchés publics truqués, serait soupçonné de collusion avec la procureure de la ville, Chantal Firmigier-Michel.

Sur la base d’écoutes réalisées par la gendarmerie, les enquêteurs auraient établi que l’édile et ses proches étaient régulièrement tenus au courant de l’avancée de l’enquête ouverte pour " prise illégale d'intérêts", "favoritisme", "détournements de fonds publics" et "blanchiment". A chaque fois qu'une perquisiotion était ordonnée, elle ne donnait rien, comme si à chaque fois les enquêteurs avaient un coup de retard.

Les explications de Benoît Collombat

La Garde des Sceaux saisit l’Inspection générale des services judiciaires

Christiane Taubira a saisi l’Inspection générale des services judiciaires pour "lever toute suspicion sur des difficultés qui auraient pu entraver le bon déroulement de l’enquête".

Contactée par Mediapart, la procureure générale a défendu sa collègue, évoquant "un tissu de bêtises" : "la procureure a mené l'enquête préliminaire puis s'est dessaisie au profit du parquet de Pau. Il s'agit d'une rumeur et d'un règlement de comptes entre gens…", a-t-elle expliqué à nos confrères de Médiapart.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.