Le théologien suisse est accusé par deux femmes de viols. Les faits qui remonteraient à 2009 et 2012 sont niés par Ramadan qui évoque "une campagne de calomnie".

L'une des victimes présumées accuse Tariq Ramadan de l'avoir menacé de mort.
L'une des victimes présumées accuse Tariq Ramadan de l'avoir menacé de mort. © AFP / MEHDI FEDOUACH

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris, après le dépôt d'une plainte pour "viol, agression sexuelle, violences et menaces de mort". 

La première victime présumée à s'être exprimée, Henda Ayari a déposé plainte contre Tariq Ramadan. Elle accuse l'islamologue suisse de l'avoir violée. Les faits présumés remonteraient à mars 2012. Une autre femme a déposé plainte pour viol comme l'ont annoncé plusieurs médias dès samedi. Il s'agirait d'une femme d'une quarantaine d'année convertie à l'islam. Les faits qui dateraient de 2009 semblent similaires à ceux évoqués par Henda Ayari, en particulier l'extrême violence des coups que Tariq Ramadan aurait portés. 

Des menaces de morts

"Le fait que d'autres femmes en parlent me soulage un petit peu", a expliqué Henda Ayari, ce lundi sur franceinfo. Elle affirme avoir reçu des menaces après avoir révélé publiquement le nom de Tariq Ramadan. "Des menaces de morts, des insultes, des gens qui disent que je suis une sioniste, une vendue, une traître, que j'attaque l'islam. C'est effrayant. J'assume ce que j'ai dit puisque je l'ai vécu, j'ai confiance en la justice et je la laisse faire son travail", a ajouté Henda Ayari. 

Le scandale de l'affaire Harvey Weinstein l'a poussée à parler. "Cette campagne contre le harcèlement m'a poussée à libérer ma parole à donner le nom de la personne qui m'a agressée", a expliqué Henda Ayari. 

Tariq Ramadan aurait violé Henda Ayari en mars 2012 dans une chambre d'hôtel. "Il m'a dit que j'avais ce que je méritais. Le fait que je sois habillée à l'occidentale était une manière de provoquer le désir. Il m'a reproché de ne pas être une femme d'expérience sexuellement", a ajouté Henda Ayari. Tariq Ramadan se dit victime d'une "campagne de calomnie" orchestrée par ses "ennemis de toujours". Selon son avocat, il a porté plainte pour dénonciation calomnieuse.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.