Des centaines de tombes profanées dans un cimetière juif
Des centaines de tombes profanées dans un cimetière juif © REUTERS/Vincent Kessler / REUTERS/Vincent Kessler

Le Procureur de Saverne (Bas-Rhin) requiert la mise en examen des cinq adolescents accusés d'avoir profané le cimetière juif de Sarre-Union. Pour lui, "le mobile antisémite" apparaît "clairement". Les ados risquent sept ans de prison.

Après l’audition des cinq adolescents accusés d’avoir profané, jeudi dernier, le cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), le Procureur de Saverne, Philippe Vannier, requiert leur mise en examen . Le magistrat a ouvert une information judiciaire pour « profanation de sépultures en raison de la religion », et « dégradation de biens publics en réunion ».

« Mobile antisémite »

Jeudi dernier, ces cinq jeunes, âgés de 15 à 17 ans, originaires de la région, sont soupçonnés d’avoir dégradé 250 tombes dans le cimetière juif de Sarre-Union (renversement de stèles, arrachage de colonnes, ouverture de caveaux).

Pour le Procureur, le « mobile antisémite » de ces adolescents, est clair , et démontré par plusieurs éléments du dossier.

Des gestes comme des saluts nazi, comme le fait de cracher sur des symboles tels que l’Étoile de David, des paroles telles que « Heil Hitler », ou encore « Sales juifs, sale race ».

Jusqu’à sept ans de prison

Pour ces faits, les cinq jeunes Alsaciens risquent jusqu’à sept ans de prison . Si l’excuse de minorité est retenue, cette peine encourue peut être divisée par deux. Le magistrat requiert aussi, pour deux d’entre eux, le placement en centre éducatif fermé.

Hier, mardi, François Hollande s’est rendu sur les lieux. Le même jour, un autre cimetière a été profané, dans le Calvados.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.