Marche silencieuse en mémoire de Laetitia Perrais
Marche silencieuse en mémoire de Laetitia Perrais © Radio France / Max PPP

La cour d'assises d'Ille-et-Vilaine rejuge à partir d'aujourd'hui Tony Meilhon pour le meurtre de Laetitia Perrais en 2011. En 2013, Tony Meilhon avait été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie de 22 ans de sûreté.

Les faits

Le 18 janvier 2011, une jeune fille de 18 ans, Laetitia Perrais, disparaissait, alors qu’elle rentrait chez elle en scooter, près de Pornic (Pays de la Loire). Son corps démembré était retrouvé quelques jours plus tard, immergé dans deux étangs. Interpellé dès le lendemain de la disparition, Tony Meilhon, un délinquant multirécidiviste, reconnaissait un « accident » avec la jeune femme, qu’il avait rencontrée l’après-midi même, mais niait l’avoir tuée volontairement. L’affaire déclenchait une vive polémique, Nicolas Sarkozy mettant en cause directement les magistrats responsables de son suivi . Au moment des faits, Tony Meilhon, sorti de prison depuis un an, était sous le coup d’un sursis avec mise à l’épreuve (SME) pour outrage à magistrat; mais les services d’insertion et de probation, débordés, avaient perdu sa trace. Les propos du chef de l’Etat avaient déclenchéune grève sans précédent dans la plupart des tribunaux.

Condamné à perpétuité

Jugé en juin 2013 par la cour d’assises de Nantes,Tony Meilhon est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, assorti d’une période de sûreté de 22 ans , et d’une rétention de sûreté s’il est encore jugé dangereux à l’issue de sa peine. Provocateur, menant la cour et la famille de la jeune fille en bateau, reconnaissant certains faits, en niant d'autres, il accuse au cours de l’audience un mystérieux « Monsieur X » d’avoir démembré le corps de Laetitia... sans vouloir donner son nom. Rien ne permet d’affirmer l’existence de ce complice. Ne souffrant pas de maladie mentale, Tony Meilhon, placé en foyer à l’adolescence, est décrit par les experts comme« ayant des aspects de psychopathie avérée ». Son casier judiciaire comportait 13 mentions, pour des vols aggravés, des violences, et le viol d’un co-détenu.

Qu’attendre de ce nouveau procès?

Le procès en appel s’ouvre mardi 13 octobre devant la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine, à Rennes, il est prévu jusqu’au 28 octobre. Tony Meilhon avait lancé « merci » aux jurés, après le verdict, estimant qu’il méritait une lourde peine. Pourquoi a-t-il changé d’avis et décidé de faire appel? Pour que toute la vérité soit dite, assure son avocat, Me Fathi Benbrahim. Tony Meilhon ne supporte pas qu’on sous-entende qu’il a violé Laetitia (il n’est pas poursuivi pour cela, mais la thèse a été avancée par l’accusation), et continue d’affirmer qu’il avait un complice, « Monsieur X », sur lequel on pourrait en apprendre un peu plus.

Me Fathi Benbrahim(avec Anne Patinec)« Il donne le nom de son complice dans une lettre»

A l’isolement depuis 5 ans

Tony Meilhon, aujourd’hui âgé de 36 ans, est détenu depuis 5 ans à la prison de Vezin-le-Coquet, près de Rennes. Placé à l’isolement, notamment en raison de menaces des autres détenus envers lui, il ne reçoit aucune visite. Des rumeurs ont couru sur une possible radicalisation islamiste. L'un de ses voisins de cellule est en effet Djamel Beghal, un franco-algérien qui purge 10 ans de prison pour direction d’un groupe terroriste, et qui serait le mentor des frères Kouachi, les auteurs de l’attentat de Charlie Hebdo. Mais il est, lui aussi, placé à l'isolement. Si selon nos informations, Tony Meilhon a en effet rencontré l’aumônier musulman de la prison, et s'intéresse à l'islam, rien n’indique qu’il se soit radicalisé. Il est seul la plupart du temps, rapporte son avocat.

Me Fathi Benbrahim(avec Anne Patinec)« Il ne reçoit aucune visite, il voit juste le psychiatre »

Pour ce nouveau procès, Tony Meilhon a rasé les cheveux qu’il portait très longs en 2013. Sur le banc des parties civiles, on appréhende ce nouveau procès qui va à nouveau soumettre la famille de Laetitia aux déclarations fluctuantes de l’accusé. La sœur jumelle de Laetitia, Jessica Perrais, espère que cette épreuve sera dernière .

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.