Kalachnikov
Kalachnikov © CC Fanagt

Plus d'une centaine d'armes ont déjà été saisies et quarante-cinq personnes interpellées lundi sur l'ensemble du territoire français dans le cadre d'une enquête pour trafic d'armes international avec la Slovaquie et les Balkans.

Les opérations sont dirigées par la section de recherches de la gendarmerie de Reims. Elles ont visé une vingtaine de sites internet fréquentés habituellement par les collectionneurs, que les malfaiteurs avaient décidé d'utiliser pour acheter des armes illicites comme des pistolets ou des kalachnikov.

Plusieurs centaines d'armes, dont certaines de guerre, des munitions et des pièces détachées ont transité par ces réseaux depuis 2009.

L'enquête -débuté par une filière slovaque- a conduit les gendarmes à créer une cellule nationale d'enquête dénommée "Armes 52" et basée à Reims. Ils ont ensuite mis au jour une seconde filière, originaire des Balkans, conduisant la gendarmerie à engager 300 enquêteurs sur cette opération.

Les 45 gardes à vue des suspects sont réparties dans une vingtaine de brigades en France. C'est au sein de chacune de ces brigades que les investigations vont se poursuivre pour amener les gendarmes sur la piste d'autres trafiquants, d'autres vendeurs et acheteurs d'armes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.