Kit utilisé pour un prélèvement buccal de l'ADN
Kit utilisé pour un prélèvement buccal de l'ADN © MaxPPP/IP3/Guillaume Bonnefont

Un an après l'agression sexuelle d'une joggeuse de 22 ans, l'enquête n'a pas encore permis d'identifier l'auteur de la tentative de viol. Les hommes âges de 15 à 25 ans ont été convoqués samedi dans une salle communale où un prélèvement de leur ADN a été effectué.

La commune de Trélivan, près de Dinan, dans les Cotes d'Armor, a vécu samedi une drôle de journée puisque ses habitants masculins, âgés de 15 à 25 ans, ont dû se présenter devant les gendarmes pour effectuer un test ADN à la demande du parquet de Saint-Malo en charge du dossier.

Une décision prise par le procureur puisque les enquêteurs ne parviennent pas à résoudre une affaire de tentative de viol sur une joggeuse, c'était il y a un an et des traces ADN avait été prélevées sur les vêtements de la victime.120 jeunes hommes étaient donc convoqué samedi. Convoqués mais non "obligés".

Le reportage de Romain Dézèque

Une procédure rare par son ampleur qui rappelle l’affaire Dickinson, cette affaire de viol et de meurtre qui avait conduit l’ensemble des jeunes hommes de Pleine-Fougères à se soumettre également à un test d'ADN.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.