Sylvain Jouanneau devant les assises de Caen
Sylvain Jouanneau devant les assises de Caen © Radio France / Stéphane Geufroi

Sylvain Jouanneau a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour l'enlèvement et la séquestration de son fils Mathis, disparu à l'âge de huit ans et jamais retrouvé depuis. La cour d'assises a suivi les réquisitions du parquet, qui dénonçait "des faits odieux" et "inexplicables".

Car au moment de la disparition de Mathis, Sylvain Jouanneau n'était pas l'un de ses pères désespérés de ne plus pouvoir voir leur enfant. L'avocat général l'a rappelé dans ses réquisions devant la cour d'assises de Caen : l'accusé "venait de voir ses droits de père rétablis" par la justice. Ce qui ne l'empêchait pas de faire subir "des violences psychologiques, une emprise" à l'enfant et à son entourage.

Écoutez la mère de Mathis, Nathalie Barré, au micro de Nolwenn Le Jeune

42 sec

"Je pense qu'il fera appel, c'est juste une étape"

► ► ► Le livetweet de notre envoyée spéciale Corinne Audouin

Mathis toujours introuvable

La mère de l'accusé elle-même avait réclamé "la plus forte peine", contre un homme qu'elle pensait jusqu'à récemment être un bon père. Pour les parties civiles, la thèse la plus probable est celle de la mort du petit garçon. Ce que Sylvain Jouanneau nie, sans pour autant donner le moindre élément sur ce qui est arrivé à son fils.

Pascaline Jouanneau, soeur de l'accusé, n'est aucunement soulagé par la peine infligée à son frère

Ma mère est allé le voir pour lui dire au revoir. Il lui a dit : "Tu te rends compte, je vais devoir attendre 20 ans pour revoir Mathis" . Elle lui a répondu : "Sylvain, dis-nous où il est et tu le revois". Il n'a rien dit.

57 sec

"Ça règle rien du tout, on ne sait toujours pas où est ce petit bonhomme"

Décrit comme "manipulateur" par la partie civile, l'accusé assure que Mathis "va bien" et qu'il ne l'a "pas tué". Il précise qu'il se serait converti à l'islam (tout comme lui en 2006) et qu'il a depuis changé de nom. Ses derniers mots avant le verdict étaient d'ailleurs pour son fils : "pendant que vous choisissez, je vais penser à Mathis" avait lancé, en larmes, Sylvain Jouanneau aux jurés.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.