Les juges parisiens Serge Tournaire et Guillaume Daieff n'ont toujours pas reçu les informations demandées il y a un an et demi sur les 357 contribuables français, soupçonnés d'avoir un compte non déclaré en Suisse. D'après le ministère français des finances, c'est par erreur que le journal suisse Sonntagszeitung a écrit, le 5 octobre, que la Suisse avait répondu aux autorités françaises dans ce dossier. La Suisse révise pourtant peu à peu son fameux secret bancaire, et, ce matin encore en marge de la réunion des ministres européens des finances, elle s'est engagée à supprimer certains régimes fiscaux favorables aux entreprises étrangères, des progrès dont se félicite Bercy. Mais la coopération dans le dossier UBS se fait attendre, alors que la banque, soupçonnée d'avoir favorisé à grande échelle l'évasion fiscale, est mise en examen à Paris pour "blanchiment de fraude fiscale" et "démarchage illicite".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.