Les locaux de la banque UBS, Bahnhofstrasse à Zurich
Les locaux de la banque UBS, Bahnhofstrasse à Zurich © MaxPPP/EPA/Alessandro della Bella

La banque suisse est convoquée ce mardi 1er mars en vue d'une nouvelle mise en examen. Cette fois il s'agit de son comportement envers l'un des "lanceurs d'alerte".

La banque suisse UBS de nouveau sous les projecteurs. Vendredi elle a été inculpée pour fraude fiscale en Belgique. En France l'enquête vient d'être bouclée, la banque est poursuivie pour blanchiment de fraude fiscale (notamment). UBS est convoquée ce mardi 1er mars en vue d'une nouvelle mise en examen, cette fois pour harcèlement moral et subornation de témoin sur un ancien salarié. Il s’agit de l'un des "lanceurs d'alerte" qui avait dénoncé l'affaire et qui espère depuis obtenir justice.

Aujourd'hui encore la banque nie avoir incité ses clients à l'évasion fiscale. A l'intérieur d'UBS cela fait presque dix ans que des salariés disent le contraire.

Cela a commencé par des commerciaux français, pas vraiment contents de voir des collègues Suisses venir clandestinement leur piquer des clients fortunés. Ils avaient alerté Nicolas Forissier, le responsable de l'audit interne, qui s'est heurté à l'hostilité de sa hiérarchie, jusqu'à son licenciement pour faute grave

Nicolas Forissier

J’ai dénoncé des faits graves en 2007. Ça m’a valu les pires ennuis, un calvaire de 2007 à 2009.

Une comptabilité occulte les fameux « carnets du laits? » Selon UBS c'était juste un arrangement interne pour accompagner la libre circulation des chefs d'entreprises en Europe. Jusqu'ici es arguments n'ont pas vraiment convaincus les juges qui ont découvert en Suisse 38 000 comptes de clients français, beaucoup son anciens, c'est vrai. UBS a depuis demandé à ses clients de se mettre en règle et elle estime que c'est le cas. Elle risque une amende plusieurs milliards d'euros.

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | Lire UBS, la femme qui en savait trop

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.