Les blocks du camp d'Auschwitz I
Les blocks du camp d'Auschwitz I © Benoît Ruel/RF

Un homme de 93 ans, ancien employé du camp de concentration d'Auschwitz et accusé de complicité de meurtres entre 1941 et 1945 a été arrêté dans le sud-ouest de l'Allemagne. Placé en détention provisoire, il affirme n'avoir été qu'un des cuisiniers du camp de concentration.

Mais dans son rapport 2013, le centre Simon Wiesenthal le plaçait en quatrième position sur sa liste des criminels les plus recherchés. Le centre affirme qu'il a servi dans un bataillon de SS entre 1941 et 1945, et qu'il "a pris part à des massacres et à la persécution de civils innocents, principalement des Juifs".

La réaction du président de l'association des fils et filles de déportés juifs de France, Serge Klarsfeld

1 min

S klarsfeld lipschis

L'identité de l'homme n'a pas été formellement communiquée, mais il s'agirait Hans Lipschis, né en Lituanie, et qui habite à Aalen, dans le sud-ouest de l'Allemagne.

Selon la porte-parole du Parquet:

Il a travaillé au sein du service des gardiens, même s'il n'était pas gardien à part entière. Nous allons chercher à établir ce qu'il a fait concrètement et pendant combien de temps, à Auschwitz.

Le ministère public allemand écrit ainsi dans un communiqué:

Les forces de la police criminelle du Bade-Würtemberg, sur mandat du Parquet de Stuttgart, ont interpellé à son domicile un ancien employé, âgé de 93 ans, du camp de concentration d'Auschwitz qui faisait partie du service des gardiens, de l'automne 1941 à sa fermeture en 1945, et est soupçonné de complicité de meurtres. Après la perquisition dans son appartement, il a été présenté à un juge statuant en matière de détention et placé en détention provisoire.

De 1940 à 1945, environ 1,1 million d'hommes, de femmes et d'enfants, en majorité des Juifs de divers pays d'Europe occupés par les Allemands, périrent à Auschwitz-Birkenau, le plus grand camp nazi de concentration et d'extermination. Près de 85.000 Polonais non juifs, 20.000 Tziganes, 15.000 Soviétiques et 12.000 autres personnes y ont également trouvé la mort.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.