Le ministère de l'Intérieur a confirmé mardi une information de Canal sur l'arrestation d'un jeune homme de 25 ans, en contact avec un djihadiste français en Syrie. Il est soupçonné d'avoir préparé une attaque contre des militaires à Toulon.

On l'a appris seulement mardi, mais l'arrestation remonte à la fin du mois d'octobre. Depuis, le suspect a été mis en examen le 2 novembre , pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur a salué "l'efficacité" de ses services dans ce cas précis.

Placé sous surveillance depuis un an en raison de sa radicalisation et de son soutien public aux thèses jihadistes, cet individu avait cherché à se procurer du matériel pour passer à l'acte , [...] une action violente à l'encontre de militaires de la marine nationale de Toulon.

Manuel Valls s'est également félicité publiquement de cette arrestation.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Selon les premiers éléments dévoilés, le suspect venait de recevoir un colis contenant un couteau de combat et deux cagoules, qu'il avait commandé sur Internet. Un colis qui est arrivé éventré, ce qui a mis la puce à l'oreille aux enquêteurs.

Depuis l'été 2014, il était dans le viseur de la DGSI, qui avait repéré sur Facebook son soutien public aux thèses djihadistes. À la fin de l'année dernière, il avait tenté à deux reprises de rejoindre un ami djihadiste en Syrie , sans succès. Il faisait depuis l'objet d'une interdiction administrative de sortie du territoire.

Déçu par ces échecs successifs, il aurait alors décidé de frapper directement des militaires français , encouragé à distance par son camarade syrien (on ne sait pas encore si ce dernier a été un véritable donneur d'ordres).

Le suspect n'avait a priori aucun plan précis pour attaquer les militaires.