Elles sont voisines de 50m, partagent - outre le lien filial - le statut de fille unique, d’héritière du groupe L’Oréal, de femmes richissimes... Mais elles ne s’entendent guère…

Liliane Bettencourt et sa fille Françoise
Liliane Bettencourt et sa fille Françoise © Maxppp / MaxPPP

Derrière le conflit mère-fille entre Liliane Bettencourt et sa fille Françoise Meyers, il y a celui du contrôle de L’Oréal, le groupe familial dont les deux femmes sont actionnaires à hauteur de 30%.

En face, un autre gros actionnaire : Nestlé et ses 29,8% de parts, géant suisse qui convoiterait depuis des années le groupe de cosmétiques.

D’ailleurs, si l’affaire reste aussi longtemps secrète - elle n’est révélée dans la presse qu’à partir du 14 décembre 2008 - c’est aussi parce qu’il en va de l’avenir du groupe français … 63 000 employés dans le monde et 17 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Car en 1974, devant la crainte d’une nationalisation du groupe en cas de victoire de la gauche, la famille Bettencourt va céder un peu moins d’un tiers de ses parts au groupe suisse. Un accord valable 30 ans, puis renouvelé à deux reprises, en 2004 et 2009.

Mais en plein coeur du conflit qui oppose la mère et la fille, la rumeur grandit : Françoise et Jean-Pierre Meyers seraient en négociation avec Nestlé, prêts à vendre le groupe aussitôt Liliane Bettencourt écartée. Une hypothèse que le couple dément formellement.

Entretemps, Liliane Bettencourt devient, en 2013, la femme la plus riche du monde avec une fortune estimée à 30 milliards de dollars. Liliane Bettencourt qui, dans une des rares interview qu’elle a un jour accordée au magazine Egoiste dit elle-même :

De toute façon à partir d’un certain chiffre, les gens déraillent.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.