Sept hommes, dont un directeur et un surveillant de la prison de Fresnes, dans le Val-de-Marne, ont été placés lundi en garde à vue. Ils sont soupçonnés de participation à un réseau de corruption en détention. Ils auraient accordé des faveurs à des détenus en échange d'argent.

La prison de Fresnes dans le Val-de-Marne
La prison de Fresnes dans le Val-de-Marne © AFP / PATRICK KOVARIK

La prison de Fresnes, dans le Val-de-Marne, fait face à une enquête pour corruption de certains de ses employés. Le directeur chargé de la supervision d'un des trois bâtiments de l'établissement pénitentiaire et un surveillant ont été arrêtés et placés en garde à vue. Ils sont soupçonnés d'avoir touché de l'argent en échange d'un traitement de faveur accordé à certains détenus, en grande majorité membres de la communauté juive. Deux prisonniers et un aumônier juif sont également entendus par la police. 

Des détenus bien connus des services de police

Les avantages proposés par le directeur et le surveillant pouvaient aller du portable laissé en cellule à des interventions en cas d'incident. Ils pouvaient même favoriser les demandes d'aménagement de peine par le chef de division. Plusieurs dizaines de milliers d'euros ont été saisis lors de perquisitions menées lundi aux domiciles des suspects et à l'intérieur de la prison.

L'un des deux détenus considérés comme "corrupteurs" par les enquêteurs a été extrait de la prison du Havre où il est incarcéré depuis deux mois après avoir été emprisonné à Fresnes. Il s'agit d'Arnaud Mimran, l'un des plus grands escrocs à la taxe carbone jugé à ce jour. Condamné en appel pour un détournement évalué à 283 millions d'euros, il est aussi renvoyé aux assises pour le kidnapping d'un banquier suisse en 2015 et jugé pour séquestration et extorsion de fonds. Eric Robic a lui été condamné six fois. Il est le chauffard qui avait écrasé l'israélienne Lee Zeitouni à Tel-Aviv avant de prendre la fuite en septembre 2011.

L'administration pénitentiaire avait lancé l'alerte

Une autre figure impliquée dans une vaste escroquerie à la TVA sur le marché du CO2, Fabrice Touil, a été interpellé à son domicile à Paris dans le XVIe arrondissement. Il est soupçonné d'avoir remis de l'argent à plusieurs reprises au cadre de la prison de Fresnes. Les enquêteurs cherchent aussi à savoir quel rôle a joué l’aumônier juif de la prison dans cette affaire. Le religieux est décrit comme un proche du directeur. Ce présumé système de corruption avait alerté l’administration pénitentiaire. Elle avait fait un signalement à la justice et une enquête préliminaire a débuté il y a un an. 

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.