Denis Gautier Sauvagnac, l'ancien dirigeant de l'UIMM au tribunal de grande Instance de Paris
Denis Gautier Sauvagnac, l'ancien dirigeant de l'UIMM au tribunal de grande Instance de Paris © MaxPPP/Christophe Petit Tesson

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce lundi l'ex-président de l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) Denis Gauthier-Sauvagnac à un an de prison ferme et à une amende de 375.000 euros.

Le tribunal est allé au delà des réquisitions du procureur qui avait réclamé une peine de deux ans de prison avec sursis et une amende de 250.000 euros. Denis Gauthier-Sauvagnac était jugé depuis le mois d'octobre dans le procès de la "caisse noire" de l'UIMM, l'une des plus importantes fédérations patronales au sein du Mouvement des entreprises de France (Medef).

Ouverte en 2007 à la suite d'un signalement de la cellule anti-blanchiment de Bercy Tracfin, l'enquête portait sur d'importants retraits en liquide menés par la fédération patronale. Entre 2000 et 2007, 16,5 millions d'euros ont été retirés des comptes de la caisse d'Entraide professionnelle des industries et des métaux, l'une des structures de l'UIMM.

Des "visiteurs du soir" dont l'identité reste inconnue

Lors de l'audience, Denis Gauthier-Sauvagnac a déclaré que ces enveloppes remises aux syndicats visaient à "fluidifier les relations sociales" mais il a refusé d'identifier les destinataires des versements, évoquant seulement des "visiteurs du soir". Les syndicats se sont quant à eux défendus d'avoir touché ces financements occultes de la part de l'UIMM, en particulier la CFDT, qui a menacé d'attaquer en justice.

Trois autres anciens dirigeants de l'organisation patronale ont été condamnés à des peines allant de deux mois à un an de prison avec sursis. L'UIMM, poursuivie en tant que personne morale, a écopé d'une amende de 150.000 euros.

L'avocat de Denis Gauthier-Sauvagnac, Me Jean-Yves Le Borgne, a dénoncé "une peine démesurée, un jugement d'une sévérité sans pareil" et annoncé son intention de faire appel du jugement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.