INFO FRANCE INTER - Dans l'enquête sur l'attaque ratée du Thalys mais aussi celle des attentats du 13 novembre, les enquêteurs espèrent avoir identifié un nouvel homme clé.

Sécurité gare du Nord après l'attentat du Thalys
Sécurité gare du Nord après l'attentat du Thalys © Maxppp / Lucie Martinez

Les auditions des personnes interpellées dans ces dossiers révèlent un homme qui a joué un rôle important dans les préparatifs de l'attentat du Thalys, le 21 août 2015. Il a aussi été en lien direct avec le coordonnateur des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, Abdelhamid Abaaoud.

Il est l'homme qui, en août 2015, ramène à Bruxelles le même Abdelhamid Abaaoud, qui arrive alors de Syrie pour préparer ces attaques. Quelques jours après, il devient aussi l'homme de main de l'attentat raté du Thalys : celui qui ravitaille les planques, apporte un sac de voyage, puis les armes et enfin conduit l'assaillant, Ayoub el-Khazzani, à proximité de la gare bruxelloise du Midi, où il monte à bord du train reliant Amsterdam à Paris.

Un individu que les enquêteurs espèrent avoir identifié

Sur cet homme, les enquêteurs disposent certes de son surnom - Abou Walid - et d'une description physique, détaillée par l'assaillant du Thalys lors d'une audition du mois de janvier : une petite barbe, des lunettes, des cheveux plaqués en arrière, assez costaud, les yeux légèrement bridés. "Je pense qu'il est d'origine turque. Il est possible qu'il soit belge selon moi", explique Ayoub El-Khazzani au juge d'instruction. "Il parle français et une autre langue, soit le flamand soit l'allemand (...) il doit avoir mon âge, 24-25 ans"

Mais c'est tout. Dans ses auditions, l'attaquant du Thalys ne le reconnaît sur aucune des photos présentées par les enquêteurs et affirme ne l'avoir vu dans aucun média.

En décembre 2016, un juge d'instruction déclarait :

Ce qui m'inquiète personnellement c'est que cette personne (...) pourrait faire couler le sang (...) il ne faudrait pas trop attendre pour la neutraliser

Neuf mois plus tard, une piste belge est prise très au sérieux par les enquêteurs, qui espèrent avoir identifié cet homme clé. Si l'hypothèse s'avère juste, il s'agirait d'un homme déjà incarcéré en Belgique pour les attentats du 13 novembre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.