retour du matricule visible des policiers à l'automne
retour du matricule visible des policiers à l'automne © reuters
**A partir du 1er janvier, policiers et gendarmes doivent porter un matricule. Un dispositif censé les rapprocher de la population pour Manuel Valls, mais qui passe mal auprès des syndicats, pour qui cette mesure est plus stigmatisante qu’apaisante.** Quatre centimètres et demi de long sur un centimètre carré de large, avec sept chiffres noirs inscrits sur une petite bande rétroréfléchissante… Voilà ce que doivent porter les fonctionnaires. Les policiers, sur la poitrine, et pour les gendarmes, le matricule est scratché sur l’épaule gauche, juste au-dessus de leur écusson régional. Seuls dispensés, les unités d’élite comme le Raid et le GIGN, ainsi que les fonctionnaires du renseignement, afin de préserver leur anonymat. Ce petit bandeau a suscité un mécontentement sans précédent chez les policiers. Mais il s’est généralisé trop tardivement, pour Jean-Claude Delage, secrétaire général d’Alliance. De plus, le coût de cette mesure aurait pu servir à autre chose. > Cette mesure est impopulaire, stigmatisante et très coûteuse.
Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a lui fait la sourde oreille à ces protestations et à ce demi désavoeu. Avec ce matricule, il avait pourtant réussi à écarter définitivement le projet du [récépissé lors des contrôles d’identité](http://www.franceinter.fr/dossier-regards-etrangers-sur-le-controle-au-facies), que réclamaient nombre d’associations pour lutter contre les contrôles au faciès.[](http://www.franceinter.fr/emission-linvite-de-7h50-le-matricule-des-policiers) [**► ► ► POUR ALLER PLUS LOIN | l'interview de Sébastien Rocher, directeur de recherche au CNRS, spécialiste des questions de sécurité, invité de Pierre Weill le 30 décembre 2013** ](http://www.franceinter.fr/emission-linvite-de-7h50-le-matricule-des-policiers)
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.