L'homme de 33 ans, ex réfugié politique, est soupçonné d'avoir été l'administrateur des djihadistes dans la région de Samarra, entre Bagdad et Mossoul, et d'avoir participé activement au massacre de Tikrit, les assassinats à la chaîne de 1.700 jeunes soldats irakiens en juin 2014.

Soldats chiites irakiens en 2016, dans la région de Samarra tenue jusqu'alors par l'organisation État islamique
Soldats chiites irakiens en 2016, dans la région de Samarra tenue jusqu'alors par l'organisation État islamique © AFP / Ahmad Al-Rubaye

L'homme n'est resté guère plus longtemps dans la région. Il a ensuite fui le pays, via la Turquie, la Grèce, la Slovénie, l'Allemagne... Cette même route des réfugiés empruntée peu de temps après par les commandos des attentats du 13 novembre.

Une fois en France, il demande et obtient, en juin 2017, le statut de réfugié politique et s'installe à Lisieux, dans le Calvados. Il a depuis été exclu de ce statut.

Mais les autorités irakiennes donnent l'alerte : celui qu'on tenait pour mort serait bien vivant en Europe. Les services de renseignement français l'identifient, le placent sous surveillance, sans détecter toutefois la moindre activité suspecte. Puis la justice prend le relais avec l'ouverture d'une information judiciaire.

Arrêté en mars dernier, l'homme nie. Son avocat évoque des témoignages invérifiables. Il est cependant mis en examen pour :

  • assassinats en relation avec une entreprise terroriste
  • association de malfaiteur terroriste en vue de commettre des crimes d'atteintes aux personnes
  • crimes de guerre par atteinte à la vie
  • crimes de guerre par l'usage de moyens et de méthodes de combat prohibés
  • et participation à un mouvement formé en vue de préparer des crimes de guerre

Il a également été placé en détention provisoire, comme le réclamait le parquet.

S'il est renvoyé devant un tribunal, ce sera en France. En tout cas, pas en Irak puisque la France refuse toute extradition vers les pays pratiquant la peine de mort.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.