bercy, la défense et l'ecologie à la diète en 2015
bercy, la défense et l'ecologie à la diète en 2015 © reuters

Huissiers, pharmaciens, notaires, un rapport de l'Inspection générale des Finances, cité par Les Echos, passe au crible 37 professions pour savoir si elles bénéficient de rentes. Il préconise des réformes pour faire baisser les prix de 20%.

Le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg avait prévenu le 10 juillet dernier, il voulait s'attaquer aux professions réglementées. Il pourrait bien, pour cela, utiliser un rapport de l'Inspection générale des Finances (IGF) dont le quotidien Les Echos dit avoir obtenu une copie. Ce document, commandé par son prédécesseur à Bercy Pierre Moscovici, analyse 37 professions réglementées comme huissiers, notaires, pharmaciens ou encore ambulanciers.

►►►A ECOUTER|L'Edito Eco de Dominique Seux sur les professions réglementées

Des professions particulièrement rentables

Principale information à retenir de ce rapport, ces 37 professions bénéficieraient bien de rentes particulières. Le bénéfice net avant impôt de ces secteurs atteindrait 19% du chiffre d'affaires, soit 2,4 fois la rentabilité constatée dans le reste de l'économie, explique le quotidien. Concrètement, quand un consommateur verse 100 euros à un huissier de justice, ce dernier réaliserait en moyenne un bénéfice net de 43 euros. Ce serait même 44 euros pour un greffier de tribunal de commerce. Au final, un greffier de tribunal de commerce gagnerait 10.000 euros net par mois, plus de 6.000 euros pour un huissier.

La qualité du service remise en cause

Ces revenus élevés, toujours selon le rapport, ne s'expliqueraient, ni par le niveau d'études requis, ni par une prise de risques particulière. En effet, le taux de défaillance de ces 37 professions serait de 0,8% contre une moyenne nationale de 1,4%.

Ces phénomènes de rente passent d'autant plus mal que le service rendu au client "est sérieusement remis en cause par les utilisateurs" selon un sondage réalisé par l'IGF et cité par Les Echos. Si un français sur deux a déjà eu recours à un avocat, seulement 23% d'entre eux estiment que le service est de qualité.

Les réformes pourraient doper le PIB

Le rapport de l'IGF préconiserait des réformes ciblées sur certaines professions (fin de monopoles, modification des modes de fixation des tarifs) qui pourraient faire baisser les prix de 10 à 20%. Une chute des tarifs qui pourrait générer un surcroît d'activité pouvant aller jusqu'à 0,3 point de PIB (Produit Intérieur Brut). Arnaud Montebourg avait annoncé le 10 juillet dernier vouloir rendre "6 milliards d'euros aux Français".

Les professionels dénoncent un "procédé inacceptable"

La révélation de ce rapport passe très mal auprès des professionnels libéraux. Michel Chassang, le président de l'Union nationale des professions libérales était l'invité d'Intertreize. Il répond aux questions de Marion L'Hour :

Pour l'heure, ce rapport n'est pas encore publié. Il le sera "le moment venu", assure Bercy, qui affirme que certains chiffres cités par le quotidien ne correspondent pas à ceux du rapport.

►►►A ECOUTER|Faut-il libéraliser les professions réglementées? C'est la question du débat économique

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.