Une aide-soignante est soupçonnée d'avoir empoisonné six personnes âgées près de Chambéry, dans la maison de retraite où elle travaillait. La jeune femme de 30 ans a été mise en examen. Elle aussi suspectée de trois tentatives d'empoisonnement.

Médicaments
Médicaments © CC GenBug

Elle aurait voulu

soulager les souffrances des pensionnaires

c'est en ces termes que l'aide-soignante d'une trentaine d'années a tenté d'expliquer son geste cet-après midi. Elle est suspectée d'avoir donné un mélange de médicaments, entraînant la mort de six pensionnaires en deux mois.

Au moment de sa mise en examen:

L'aide-soignante est apparue sereine

La jeune femme ne reconnaît pas l'intention de tuer: précisions de Bleuette Dupin

Employée depuis l'été 2012 dans une maison de retraite près de Chambéry (Rhônes-Alpes) , elle a été mise en examen aujourd'hui pour empoisonement sur personne vulnérable et tentative d'empoisonnement.

Ce n'est pas première affaire de ce type:

on revient notamment sur l'affaire du Dr Bonnemaison avec Danielle Messager:

Un "cocktail de psychotropes"

L'employée parle d'un "cocktail médicamenteux" qu'elle aurait administré aux six personnes décédées, qui "pour la plupart" étaient "âgées, voire très âgées", et souffraient "de pathologies lourdes", selon une source proche de l'enquête.

Les six pensionnaires n'étaient pas en fin de vie selon le parquet

Les victimes décédées et les trois autres pensionnaires qui auraient absorbé les médicaments administrés en surdose étaient tous octogénaires et le parquet précise:

en bonne santé, avec les fragilités liées à leur âge

C'est le coma puis la mort très rapide d'une pensionnaire de 84 ans qui a alerté le médecin de la maison de retraite de l'Etablissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du Césalet, à Jacob-Bellecombette, le 29 novembre dernier.

Selon l'hôpital de Chambéry (dont dépend l'Ehpad):

Dès le lendemain, les analyses toxicologiques ont révélé la présence de psychotropes en quatité supérieure à la dose thérapeutique normale. Aucun de ces produits ne faisait partie de la prescription pharmaceutique de cette résidente

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.