Agnès Marin, tuée au Chambon-sur-Lignon
Agnès Marin, tuée au Chambon-sur-Lignon © Max PPP / Max PPP

Matthieu, 20 ans aujourd'hui et 17 au moment des faits, a été condamné à nouveau en appel à la réclusion criminelle à perpétuité pour le viol et l'assassinat d'Agnès Marin, 13 ans. Les juges ont souligné la "dangerosité majeure" du jeune homme.

La perpétuité une nouvelle fois, comme en première instance il y a 16 mois. Matthieu était rejugé devant la cour d'assises du Puy-de-Dôme pour le viol et le meurtre de la jeune fille au Chambon-sur-Lignon en 2011, et pour le viol de Julie dans le Gard en 2010.

Le verdict est tombé après six heures trente de délibération. À son énoncé, le jeune homme est resté impassible. Pendant tout le procès, par ses déclarations et son attitude au fil des deux semaines d'audience, il a étonné, effrayé parfois la cour.

Pour l'avocat de la famille, Francis Szpiner, il fallait une peine d'une sévérité exemplaire

Malgré cela, pour l'avocate de Matthieu Isabelle Mirman, il ne doit pas porter seul les errements de différents acteurs judiciaires de cet affaire, ceux qui ont échoué à prendre la mesure de la dangerosité du jeune homme.

Peu avant, son autre avocate Me Joëlle Diez demandait une décision humaine. Elle répond à Olivier Vidal.

En cas de libération anticipée, possible après 18 ans pour un mineur, Matthieu devra se plier à un suivi socio-judiciaire avec injonction de soins, sous peine de passer sept ans de plus derrière les barreaux. Les avocates de Matthieu ont indiqué vouloir déposer un pourvoi en cassation. Elles ont cinq jours pour le faire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.