Le parquet de Créteil a ouvert une enquête, a-t-on appris mercredi, après qu'un homme de 40 ans a subi un AVC pendant sa garde à vue, après une clé de bras, dans les locaux du commissariat de Créteil, dans le Val-de-Marne.

Les faits se sont déroulés au commissariat de Créteil
Les faits se sont déroulés au commissariat de Créteil © Maxppp / PHILIPPE DE POULPIQUET / PhotoPQR / Le Parisien

Les faits remontent à mercredi dernier, le 25 juillet, dans les locaux du commissariat de Créteil, dans le Val-de-Marne. Après une clé de bras effectuée par un policier, un homme de 40 ans a fait un AVC. Selon plusieurs sources, il a depuis perdu l'usage de la parole et est devenu hémiplégique.

Il est difficile, à l'heure actuelle, de savoir précisément ce qu'il s'est passé. Le parquet de Créteil a confirmé à France Bleu Paris  avoir ouvert une enquête préliminaire pour tenter d'éclairer les circonstances de cet incident. Selon plusieurs sources policières, cet homme, qui était placé en rétention, n'a pas apprécié de devoir répondre ultérieurement à deux convocations devant le tribunal, l'une à Melun, l'autre à Créteil. 

Clé de bras

Dans le hall d'entrée du commissariat, toujours selon des policiers, il devient hystérique et balance ses bras dans tous les sens, en menaçant le personnel. Cinq des policiers ont dû, selon ce récit, intervenir pour le maîtriser, dont quatre pour tenir ses membres, et le dernier pour lui faire une clé de bras au niveau de la tête. Les cinq policiers ont porté plainte pour violences. 

Quelques minutes plus tard, cet homme de 40 ans a commencé à avoir une paralysie au niveau du visage, l'un des symptômes de l'AVC. Les pompiers sont appelés et transportent l'homme à l'hôpital Mondor. Selon le parquet de Créteil, l'examen par le médecin légiste s'est déroulé mercredi pour "tenter de comprendre les causes de ce qui a été qualifié d'AVC". Pour l'instant, toujours selon le parquet, l'IGPN, la police des polices, n'a pas été saisie, mais cela devrait être fait dans les heures qui viennent. 

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.