Le président Noursoultan reçu à l'Elysée en octobre 2010
Le président Noursoultan reçu à l'Elysée en octobre 2010 © maxppp

D'après le journal Le Monde, la justice enquête depuis mars 2013 sur des commissions présumées en marge d'un contrat de vente d'hélicoptères au Kazakhstan en 2010 alors que Nicolas Sarkozy était Président.

Ce contrat porte sur la vente de 20 hélicoptères fabriqués par l'entreprise Eurocopter (devenu Airbus Helicopters) au Kazakhstan. Une information judiciaire, confirmée par la justice, a été ouverte en mars 2013 pour blanchiment en bande organisée, corruption active d'agents publics étrangers et complicité et recel de ces infractions.

Une proche collaboratrice de Claude Guéant

Une avocate niçoise a été mise en examen pour corruption active d'agent public étranger et blanchiment en utilisant des facilités procurées par son activité professionnelle. Par ailleurs, deux autres personnes sont également poursuivies, selon Le Monde. Une proche collaboratrice de Claude Guéant alors secrétaire général de l'Elysée, a été mise en garde à vue ainsi qu'un ancien préfet qui, selon le quotidien, a été un conseiller de Nicolas Sarkozy.

Toujours selon Le Monde, l'enquête est partie d'un signalement de Tracfin. La cellule antiblanchiment de Bercy, s'est intéressée à un virement sur le compte de l'ancien préfet.

Pression sur les députés belges

L'enquête mettra en évidence d'autres versements non expliqués, versés par son avocate, qui a été mise en examen. Ils proviendraient d'un belge d'origine kazakhe, homme d’affaires et proche du président Noursoultan Nazarbaïev. Par ailleurs, comme l'expliquent les journalistes du Monde, les enquêteurs se demandent si l'ancien pouvoir a pu faire pression sur des parlementaires belges. Le président Nazarbaïev aurait demandé l'intervention de Sarkozy afin qu'il fasse pression pour pousser à l'adoption d'une disposition législative. Cette loi permettrait un abandon de poursuites pénales dont avait bénéficié l'homme d'affaires belgo-kazakh et deux de ses associés.

Les explications de Sara Guibaudo

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.