L’audience ne lui a pas fait changer d’avis. L’idée qu’il s’était faite à l’instruction de la culpabilité des uns et des autres est toujours la même à l’issue de quatre semaines de débats.

Sans surprise, le procureur a ainsi requis la relaxe des cinq prévenus pour lesquels il avait réclamé un non-lieu : Eric Woerth, Me Pascal Wilhelm, Stéphane Courbit, Me Patrice Bonduelle et, d’une certaine manière, Alain Thurin dont le cas s’apprête en réalité à être disjoint du dossier en raison de l’état de santé de l’ancien infirmier après sa tentative de suicide à la veille du procès.

Pour les cinq autres prévenus, Gérard Aldigé veut des peines sévères : « le maximum » dit-il lui-même pour François-Marie Banier et Patrice de Maistre.

« S’agit-il en réalité d’une affaire d’argent ? Non. Il s’agit d’une atteinte à la personne de Liliane Bettencourt. Elle a été dépossédée de sa vie de famille, de l’amour des siens » explique-t-il.

Avant de requérir :

Pour François-Marie Banier : trois ans d’emprisonnement, 375 000 euros d’amende et la confiscation des biens saisis.

Pour Patrice de Maiste : trois ans d’emprisonnement dont 18 mois avec sursis, 375 000 euros d’amende et la confiscation des biens saisis.

Pour Martin D’Orgeval : trois ans d’emprisonnement dont 18 mois avec sursis et 375 000 euros d’amende. ¨

Pour Carlos Cassina Vejarano : deux ans d’emprisonnement et 375 000 euros d’amende

Pour Jean-Michel Normand : un an d’emprisonnement avec sursis et 50 000 euros d’amende.

► ► ► DOSSIER |Suivez l'audience en direct, comprenez les enjeux du procès

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.