Le19 février 2013, Younes Bounouara, ancien relai de Serge Dassault aux Tarterêts qui aurait reçu deux millions d’euros de l’avionneur, tire sur Fatah Hou, un franco-marocain qui détient un enregistrement clandestin compromettant pour l’ancien maire.

Quelques jours plus tôt, Serge Dassault a rencontré un représentant de l’ambassade du Maroc, à Paris, en compagnie du maire de Corbeil, Jean-Pierre Bechter.

Pour tenter de calmer certains « gêneurs », dont Fatah Hou ?

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Corbeil-Essonnes, la connexion marocaine?

Quand l'ambassade du Maroc va chez Dassault

14 février 2013. Un repas d’un genre un peu particulier se tient au siège de l’entreprise Dassault, Rond Point des Champs-Elysées, à Paris. Serge Dassault et Jean-Pierre Becher déjeunent avec le chargé d’affaires de l’ambassade, Riad Ramzi.

Serge Dassault
Serge Dassault © Max PPP

Au menu de leur conversation, « le harcèlement » dont se dit victime Serge Dassault de la part de certains habitants de la commune : Fatah Hou (aucune plainte n’était pourtant déposée contre lui, jusqu’au 6 novembre dernier), Rachid El Madhi (un ancien médiateur, qui prétend vouloir dénoncer le système Dassault dans un livre), tous les deux franco-marocains, et Mamadou Kébé, qui témoignera ensuite avoir touché de l’argent de Serge Dassault au Liban, en juillet 2011 (lui est mis en examen pour extorsion de fonds).

► ► ► ALLER PLUS LOIN | La politique du carnet de chèque

Le premier d’entre eux, Fatah Hou, doit justement se rendre au Maroc trois semaines plus tard. Il n’en aura pas l’occasion : le 19 février, il est grièvement blessé par balles par un proche de Serge Dassault, Younès Bounouara. Ce qu’ignorent Younès Bounouara, Jean-Pierre Bechter et Machiré Gassama, c’est que depuis un premier coup de feu en janvier 2013, ils sont tous les trois sur écoute. Par cet incroyable hasard judiciaire, les écoutes ordonnées après la première tentative d’assassinat viennent éclairer la deuxième.

Quelques heures après son déjeuner, Jean-Pierre Bechter appelle son directeur de la jeunesse et des sports, Machiré Gassama pour lui en faire le compte rendu.

Le maire de Corbeil parait satisfait de la réaction du chargé d’affaires marocain :

Ecoute téléphonique du 14 février 2013. 19h06

Telephone
Telephone © Radio France

Il m’a dit de donner trois fiches. Le mec, il se pourléchait déjà les babines, explique Jean-Pierre Bechter. Il disait à Serge [Dassault] : "Ah oui, on va s’en occuper, Monsieur Dassault, ne vous inquiétez pas. Ces gens là vous font chanter ? Ah bon…

La veille, à 19 heures, Jean-Pierre Bechter a appelé son directeur des sports pour préparer ce fameux rendez-vous à l’ambassade.

Ecoute téléphonique du 13 février 2013. 19h

Telephone
Telephone © Radio France

Bechter : Il faut que tu donne les noms et les adresses précises, hein, des deux loustics et les téléphones hein!

  • Gassama : Ouais, ouais, tu auras tout ça demain.

Bechter : C'est fondamental, hein

Gassama : Ouais, ouais ...

Bechter: On a monté le déjeuner pour ça, hein.

Le matin du déjeuner, à 9h34, Machiré Gassama envoie deux SMS à Jean-Pierre Bechter en lui indiquant le nom de Fatah Hou, ainsi que des renseignements précis le concernant.

À 12h07 et 12h09, le directeur de la jeunesse et des sports envoie deux nouveaux SMS concernant, cette fois, le franco-marocain Rachid El Madhi.

Le soir, dans son compte-rendu à Machiré Gassama, Jean-Pierre Bechter évoque un troisième habitant de Corbeil : Mamadou Kebe.

Ecoute téléphonique du 14 février 2013. 19h06

Telephone
Telephone © Radio France

Il faut qu’on donne aussi Kebe (...) Je vais préparer les trois fiches.

« Ils vont être surpris de l’accueil à la descente de l’avion »

Quel était précisément le but de ces préparatifs : intimidation ? Arrestation arbitraire ? Séquestration ? Autre chose ? Impossible de le dire, mais pour Marie Dosé, l’avocate de Fatah Hou, « le projet criminel était très précis et très sérieux ». Quelques heures après le déjeuner, le maire de Corbeil et le directeur des sports en parlent en ces termes

Ecoute téléphonique du 14 février 2013. 19h06

Telephone
Telephone © Radio France

Jean-Pierre Bechter : - Je sens que quand ils vont arriver au Maroc, ils vont être surpris de l’accueil à la descente de l’avion. »

Machiré Gassama : - Ah génial ! Et alors attends on va s’organiser pour qu’ils partent, dès que c’est bon, hein ? (...) J’ai ce qu’il faut pour les aider. T’inquiètes pas. (...) Et puis ça, ça nous enlèvera une épine hein ?

Jean-Pierre Bechter : Oh putain, ça c’est vrai. C’est les trois derniers emmerdeurs, hein quand même.

Pour Me Marie Dosé, « il y a toute une organisation qui visait à faire du mal à Fatah Hou. Cette entreprise n'a échoué que parce qu'il a été victime de la tentative d'assassinat, mais visiblement il était de toute façon prévu que Fatah Hou soit définitivement écarté de Corbeil-Essonnes ».

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.