quatre suspects déférés dans la fraude de viande de cheval
quatre suspects déférés dans la fraude de viande de cheval © reuters

Quatre personnes ont été mises en examen mercredi en France dans l'enquête sur la misesur le marché alimentaire de viande de cheval impropre à la consommation, ce qui porte à huit le nombre de suspects dans cette affaire, a-t-on appris de source judiciaire.

Quatre autres personnes avaient été mises en examen mardi, après le coup de filet mené la veille dans le milieu du négoce de viande en gros du sud de la France. L'homme présenté comme le cerveau du trafic, interpellé à Narbonne, devait être présenté dans la soirée de mercredi à la juge d'instruction Annaïck Le Goff, du pôle santé publique de Marseille, pour une probable mise en examen, a-t-on ajouté de même source.

Le cerveau du réseau sous contrôle judiciaire : les explications de Laurent Gauriat

Les suspects ont été mis en examen pour des faits présumés de "tromperie", d'"usage de faux de manière habituelle" et de "faux en documents administratifs". Il s'agit de proches du principal protagoniste de l'affaire, d'un informaticien des Alpes-de-Haute-Provence, qui était chargé de réaliser de faux documents de santé, et de plusieurs maquignons. Ils ont été relâchés et placés sous contrôle judiciaire.

Vingt-et-une personnes au total ont été placées en garde à vue dans cette affaire, qui concernerait environ 200 chevaux. Les suspects sont poursuivis pour établissement de faux documents administratifs et tromperie simple, ce qui implique qu'il n'y a pas à ce stade de fraude sanitaire. Aucune preuve de la dangerosité de la viande n'a été avancée.

L'enquête était menée depuis plusieurs mois par la section de recherches de gendarmerie de Montpellier (Hérault), dans le cadre d'une instruction judiciaire dirigée par le pôle de santé publique du tribunal de grande instance de Marseille. Les investigations ont eu lieu en Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

L'affaire a débuté fin 2012 par une lettre anonyme adressée à la Direction départementale de la protection de la population de la préfecture de l'Aude, mettant en cause un marchand de chevaux et propriétaire de boucheries de Narbonne.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.