le plan vigipirate s’adapte aux nouveaux risques
le plan vigipirate s’adapte aux nouveaux risques © reuters

Le dispositif de prévention du terrorisme va être entièrement remanié la semaine prochaine. Dans le nouveau système présenté aujourd'hui par Matignon, on abandonne les quatre niveaux de couleur (de jaune à rouge écarlate) pour un logo unique et une meilleure information du public.

Sur les quatre couleurs que comportait le bon vieux plan Vigipirate, deux n'ont plus jamais été utilisées depuis 2005. Évidement, il s'agit des couleurs des deux niveaux les plus bas de menace. La France est en permanence en vigilance rouge, aucun gouvernement n'ayant voulu relâcher la pression face à des menaces récurrentes. Le pays était même passé au rouge écarlate une fois, en 2012, lors de l'affaire Merah.

Le nouveau logo Vigipirate
Le nouveau logo Vigipirate © Radio France

Exit donc le code couleur qui ne correspondait plus à grand-chose. La révolution est géométrique : désormais, c'est un triangle rouge bordé de noir, avec le sigle "Vigipirate", qui va fleurir dans les lieux publics.

En cas de menace plus importante, il sera décoré d'un sigle supplémentaire astucieusement intitulé "Alerte attentat".

Dépoussiérer Vigipirate

Le système date tout de même de 1978, et a déjà connu de nombreuses révisions. Et pour le gouvernement, il a été efficace "dans la mesure où la France a été épargnée par des attentats de masse ces dernières années". La nouvelle version entrera en vigueur le 20 février et vise aussi de nouveaux types de terrorisme.

Les précisions de Nathalie Hernandez

Douze domaine d'activités sont ainsi répertoriés : les installations et matières dangereuses, la santé, l'alimentation ou les transports. Mais aussi, désormais, la sécurité des systèmes d'information, visée par les attaques des cybercriminels. L'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information va ainsi augmenter ses effectifs, en passant à 500 employés.

Enfin, l'objectif est aussi de mettre le grand public de son côté. Le nouveau plan Vigipirate sera plus transparent, avec un document consultable directement sur Internet. Même si l'on ne perd pas les bonnes habitudes du secret, avec un deuxième document réservé lui aux pouvoirs publics et aux opérateurs concernés, qui détaille les procédures et les mesures d'urgence.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.