Alors que 10 personnes sont jugées ce lundi pour des violences en marge de l’Euro, le Procureur de Marseille affirme qu’il n’y a « pas eu de faille » dans le maintien de l'ordre.

35 personnes ont été blessées dans les violences samedi
35 personnes ont été blessées dans les violences samedi © Maxppp / David Rossi

Six Britanniques, un Autrichien et trois Français sont jugés ce lundi à Marseille, en comparution immédiate, pour leur participation supposée aux violences entre supporters en marge du match Angleterre-Russie. Des peines de prison ont été prononcées, de deux mois à un an ferme, plus des interdictions de territoire français pour les supporters étrangers.

Ces violences, qui se sont répétées trois jours de suite, principalement autour du Vieux-Port de Marseille, mais aussi aux abords et à l’intérieur du Stade Vélodrome, ont fait 35 blessés, dont un Britannique dont l’état est toujours jugé critique.

Pourtant, il n’y a « pas eu de faille » dans le maintien de l’ordre, selon le Procureur de Marseille, qui tenait ce lundi matin une conférence de presse. Même son de cloche pour le Préfet de Police de Marseille, Laurent Nunez, qui affirme que le dispositif de sécurité mis en place avait permis d’éviter d’autres échauffourées entre supporters.

Après Lyon, Marseille réfléchit à l'interdiction de vente d'alcool

Parmi les personnes impliquées dans les violences, il n’y avait, selon le Préfet de Police, aucun hooligan anglais ou russe : «Les hooligans anglais, tels que nous les connaissons, ne sont pas entrés sur le territoire français, les spotters anglais ne les ont pas reconnus. Les hooligans russes non plus ne sont pas rentrés en France».

« On ne peut pas faire grand-chose contre des supporters qui avaient pourtant été dûment filtrés » poursuit-il, tout en disant réfléchir à un élargissement au centre-ville de Marseille de l'interdiction de vente d'alcool à emporter, comme cela est désormais le cas à Lyon. Il a en revanche exclu d’imposer la fermeture des bars les jours de match pour éviter de nouvelles violences.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.