Une enseignante poignardée mortellement en classe
Une enseignante poignardée mortellement en classe © Radio France

La jeune femme de 34 ans a été poignardée mortellement dans la matinée par la mère d'un élève. Cette dernière, très perturbée, a été arrêtée peu après, et va être hospitalisée dans un établissement psychiatrique.

Les faits se sont produits vers 9h00 dans le groupe scolaire Edouard Herriot à Albi (Tarn). L'enseignante, qui était mère de deux petites filles, a été agressée devant les enfants d'une classe de maternelle, par la mère d'un d'entre eux. Elle a succombé un peu plus tard à ses blessures et la mère de famille, âgée de 47 ans, a été arrêtée une vingtaine de minutes plus tard près de l'établissement. Le procureur a annoncé dans l'après-midi que son état nécessiterait une hospitalisation psychiatrique.

Les précisions de notre reporter Stéphane Iglésis

Réactions indignées dans la classe politique

Dans un communiqué, François Hollande a fait part de sa "consternation" face à ce "drame abominable". "C'est un acte odieux, le meurtre abominable d'une enseignante dans une classe", a déclaré le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon, qui s'est rendu sur place.

Les réactions politiques se sont multipliées, profitant de ce fait divers pour évoquer la violence à l'école. François Fillon alerte sur "les difficultés du métier d'enseignant. Plus que dans d'autres professions, les personnels de l'éducation subissent quotidiennement insultes et menaces." Le Front national, lui, dénonce carrément "la responsabilité totale des artisans du laxisme d'Etat, mis en oeuvre tant par l'UMP que par le PS".

Selon Benoît Hamon, les premiers éléments de l'enquête ont révélé que la femme qui a poignardé l'enseignante et qui est la mère d'une petite fille scolarisée dans l'école était connue pour avoir eu des problèmes psychiatriques.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.