Le siège de la PJ parisienne, 36 Quai des Orfèvres
Le siège de la PJ parisienne, 36 Quai des Orfèvres © MAXPPP/IP3 PRESS/Bruno LEVESQUE

Le policier soupçonné d'avoir volé 52 kg de cocaïne en juillet au siège de la PJ parisienne, a tenté de se suicider mardi à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis.

Le policier a été découvert inconscient dans sa cellule mardi matin par un surveillant. L’ex membre de la brigade des stups du 36 Quai des Orfèvres s'était apparemment procuré des médicaments et c'est un surveillant qui l'a découvert, inconscient, dans sa cellule individuelle. L’ancien policier a pu être ramené à Fleury-Mérogis après 48 heures d'hospitalisation. Jonathan Guyot fait désormais l'objet d'une surveillance spécifique.

Lui que tout accable, pour l'instant, pour le vol des 52 kg de cocaïne en juillet dernier au siège de la police judiciaire parisienne, dans une salle des scellés avait été aperçu par une collègue avec des sacs bien garnis, repéré également par des caméras. Il avait été arrêté peu après que la découverte de la disparition de la drogue. Mis en examen, il a été placé en détention le 6 août.

Mais il a toujours nié, parlant vaguement au départ d'un piège de ses collègues de la brigade des stups. L’un de ses amis, policier dans le département de l'Essonne, a pourtant avoué récemment qu'il avait bien été approché par Jonathan pour écouler une partie du stock.

L'inspection générale de la Police nationale parle également de l'acte isolé d'un policier dans son rapport d'enquête, même si plusieurs policiers ont été mis en examen dans ce dossier.

La seule certitude c'est que la marchandise s'est envolée, bien cachée ou déjà revendue.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.