Commune de la Faute-sur-mer après la tempête Xynthia
Commune de la Faute-sur-mer après la tempête Xynthia © Max PPP / Max PPP

DIRECT | Il est au centre du procès de la tempête Xynthia : depuis hier, René Marratier, ancien maire de la commune où 29 personnes ont péri en février 2010, est interrogé par le tribunal. Accusé de négligence, il se défend en assurant qu'un "petit maire comme lui" n'a pas "la culture du risque".

Non, "il n'y a pas eu de volonté délibérée de ne pas protéger la population". En plusieurs heures d'interrogatoire, René Marratier a du mal à en convaincre le président du procès Xynthia, ouvert le 15 septembre aux Sables d'Olonne, et qui doit déterminer les responsabilités de l'ancien maire et de cinq autres personnes dans le drame qui a frappé la Vendée.

► ► ► Corinne Audouin est notre envoyée spéciale aux Sables d'Olonne. Suivez son livetweet sur FranceInter.fr

Le procès doit durer jusqu'au 17 octobre. Il tente avant tout de comprendre comment la tempête a pu faire 29 morts en 2010 à la Faute-sur-Mer, et 47 morts en tout sur le littoral Atlantique.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | La mémoire perdue de La Faute-sur-Mer, notre reportage quatre ans après

Tempête Xynthia, ce qui s'est passé en 2010
Tempête Xynthia, ce qui s'est passé en 2010 © IDÉ
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.