Commune de la Faute-sur-mer après la tempête Xynthia
Commune de la Faute-sur-mer après la tempête Xynthia © Max PPP / Max PPP

Le procès des responsabilités dans la mort de 29 personnes à la Faute-sur-mer, le soir de la tempête Xynthia, en 2010, s’est ouvert le 15 septembre au tribunal des Sables d’Olonne. Sur le banc des prévenus, 5 personnes, dont l’ancien maire, René Marratier, poursuivi pour homicides involontaires. Depuis mercredi, les récits des victimes de la tempête et des inondations se succèdent, souvent poignants. Compte-rendu d’audience de Corinne Audouin C’est un témoignage inédit. Après avoir beaucoup réfléchi, André Rossignol a décidé, au début de l’année 2014, quatre ans après Xynthia, de se constituer partie civile. C’est un homme costaud de 64 ans, le ventre tendu sous une chemisette bleu clair, les cheveux et la moustache blanche. André est patron de pêche à la retraite, même s’il lui arrive encore de sortir en mer. Ce soir là, vers minuit, il part pêcher la civelle, cette petite anguille savoureuse qu’on ne trouve que dans les estuaires. L’avis de tempête est connu, mais André ne s’inquiète pas trop. Il pressent tout de même qu’il va se passer quelque chose : le flot du Lay est anormal, comme gonflé.

Vers 2 heures du matin, André met son bateau à l’abri, non loin de la digue Est de la Faute-sur-mer. « J’ai vu un courant de flots, quelque chose d’incroyable, dans les 3-4 nœuds. Je me suis dit : c’est pas normal. La mer montait beaucoup trop vite dans l’estuaire, j’ai décidé de rentrer chez moi ». La manoeuvre pour accoster est difficile. Sur le quai, sa femme l’appelle. L’émotion étrangle la voix d’André. « Elle était seule à la maison, elle avait peur ». Sur le parking, l’eau atteint déjà 20 centimètres. André est un marin, chaque tempête est gravée dans sa mémoire. En 1999, se souvient-il, l’eau était montée à 20 centimètres de la crête de la digue Est de la Faute. Il décide d’aller voir.

Dans la lumière des phares de sa voiture, ce qu’il découvre le stupéfie. « L’eau clapotait au sommet de la digue, il restait quoi, 5, 10 cm. J’étais affolé. Je savais qu’il restait deux heures de marée montante ». André rentre chez lui, à 200 mètres de là. « On va inonder », dit il à sa femme, « on y va tout droit ».

Moi aussi, j'ai été sinistré

Il est 2H45 quand il appelle les pompiers : « une dame me répond, et me demande qu’est ce qu’elle peut faire. Je lui ai dit d’appeler les deux maires, de la Faute et de l’Aiguillon. Et je me suis occupé de ma famille ». On ne sait pas si l’appel a été passé. La maison des Rossignol n’est pas dans la cuvette où sont mortes les 29 victimes; située plus au nord du village, elle possède un étage. C’est ce qui va les sauver : l’eau glacée est montée jusqu'à 1 mètre 37. Le récit de cette nuit d’épouvante a éprouvé André.

Il y a plusieurs choses, reprend-il, que je ne comprends pas.Pourquoi la caserne des pompiers de l’Aiguillon n’était pas opérationnelle ? Les premiers secours sont arrivés à 6H30 du matin! Plus tôt, on aurait pu sauver des vies. Pourquoi personne n’a fait de brèche dans la digue, pour que l’eau puisse s’écouler ?

André Rossignol s’adresse ensuite au maire. Ils se connaissaient bien, se tutoyaient. « Ma maison était complètement dévastée. J’aurais aimé, sincèrement, voir quelqu’un de la commune quand on a tout nettoyé. Malheureusement, on n’a vu personne. Vous savez, lance-t-il à René Marratier, une paire de bottes, c’est pas si terrible à mettre, j’en mets tous les jours. Même s’il n’y a rien à faire, la moindre des choses, c’était de venir nous voir. A la première réunion du conseil municipal, j’étais furieux, continue André. Je l’ai pointé du doigt. 'T’as pas oublié quelque chose ? La minute de silence pour les victimes ?' Il m’a répondu : ‘moi aussi, j’ai été sinistré’. »

La même phrase, au mot près, prononcée hier à la barre par René Marratier.

  • On aurait pu surveiller la digue, ce soir là ? demande le président. - Bien sûr. Mais la nuit, on dirait que certains veulent pas travailler. Nous, on est habitués.Le procès se poursuit jusqu’au 17 octobre .
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.