.

Commune de la Faute-sur-mer après la tempête Xynthia
Commune de la Faute-sur-mer après la tempête Xynthia © Max PPP / Max PPP

Pendant toute la durée du procès, c'est justement le maire qui était montré du doigt, en particulier pour sa négligence le jour de la tempête, malgré les avertissements répétés de la préfecture. Le procureur avait réclamé une peine déjà sévère : trois ans de prison ferme et 30 000 euros d'amende pour René Marratier. Il est finalement condamné à quatre ans de détention.

Son ancienne première adjointe et adjointe à l'urbanisme, Françoise Babin, écope elle de deux ans de prison ferme et 75 000 euros d'amende. Le fils de l'ancienne adjointe, Philippe Babin (président de l'association propriétaire de la digue Est), est condamné à 18 mois de prison ferme.

L'avocat de René Marratier, Didier Seban, parle d'un procès à charge, "pour sorcellerie"

58 sec

"C'est une décision de nature politique, on a mis hors de cause l'État"

Pour le tribunal, "les fautes reprochées aux trois prévenus sont intégralement constituées et ne sont pas atténuées par des circonstances extérieures à leur volonté". Autrement dit, pas question de considérer que René Marratier n'était qu'un "petit maire" dépassé par les évènements, comme l'affirmait sa défense.

Quant à Alain Jacobsoone, alors fonctionnaire de la direction départementale des territoires et de la mer, il est relaxé. Il était accusé de ne pas avoir transmis les consignes de sécurité du préfet la nuit du drame.

Thierry a failli mourir ce soir-là, il se dit très ému par l'issue de ce procès (au micro de Corinne Audouin

48 sec

"Je ne me réjouis pas que ces gens aillent en prison, mais ce procès doit servir d'exemple"

► ► ► ALLER PLUS LOIN | La mémoire perdue de la Faute-sur-Mer, reportage quatre ans après

Ils étaient cinq à être renvoyés devant le tribunal des Sables d'Olonne, dont le maire de la Faute-sur-mer, René Marratier, pour homicide involontaire. Dans cette petite commune de Vendée, 29 personnes étaient mortes, noyées par les inondations. La tempête avait fait 47 victimes en tout sur le littoral Atlantique.

► ► ► DOCUMENT | Les motivations du jugement du tribunal des Sables d'Olonne (PDF)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.