L'école des réseaux sociaux est un ensemble de contenus en ligne très précis pour aider les parents à accompagner leurs enfants sur les réseaux. L'expérience, lancée cet été, est reconduite à la rentrée et va se renforcer. Une initiative gratuite, d'intérêt général et en open source.

L’école des Réseaux Sociaux propose des contenus à l'usage des parents pour les aider à protéger les 7-11 ans des risques d'Internet
L’école des Réseaux Sociaux propose des contenus à l'usage des parents pour les aider à protéger les 7-11 ans des risques d'Internet © Ecole des réseaux sociaux

Alors que les écoliers s'apprêtent à replonger dans leurs tables de multiplication, il est un exercice qu'ils n'auront pas manquer de pratiquer pendant les vacances : la consultation de TikTok, et les envois de messages sur Snapchat. 28% des enfants de 9-11 ans ont déjà un compte sur les réseaux sociaux, selon une étude européenne.  Et le confinement a accentué ces usages, au point que l'Unicef alerte aujourd'hui : le Fonds des Nations unies pour l'enfance appelle les gouvernements et l'industrieà "unir leurs forces pour assurer la sécurité des enfants et des jeunes en ligne grâce à des dispositifs de sécurité renforcés et à de nouveaux outils, pour aider les parents et les formateurs à apprendre à leurs enfants à utiliser internet en toute sécurité". 

Ce n'est que dans les classes du secondaire que les enfants recevront une sensibilisation aux risques d'Internet et des échanges en ligne. C'est pour cette raison que eduPad, éditeur d'applications éducatives et la European Schoolnet - réseau de 34 ministères européens de l'éducation, basé à Bruxelles - a proposé depuis le mois de juillet une "École des réseaux sociaux". Mais attention : celle-ci s'adresse en fait aux parents, afin qu'ils deviennent les tuteurs de leurs enfants en matière de réseaux sociaux, ce qui remet chacun à sa juste place dans la famille. 

"Les adultes doivent prendre les devants" 

L'expérience a été testée tout l'été et va se transformer à la rentrée, avec un contenu par semaine à destination des parents mais aussi des enseignants, et l'ouverture d'une plateforme-ressource fin septembre. Cette dernière comprendra toutes les ressources et aides nécessaires aux parents, ainsi qu'un chatbot (un robot logiciel pouvant dialoguer) pour répondre aux questions des enfants.

"L'objet de notre initiative, financée par Google.org pour sécuriser les navigations des internautes, est de viser un public jamais pris en compte dans les campagnes de sensibilisation. Les écoliers sont laissés à eux-mêmes sur les réseaux sociaux. Or les conséquences pour les enfants, comme pour la société d'ailleurs, sont graves", explique Daniel Jasmin, co-fondateur d'eduPad. 

"On a l'habitude de pointer les GAFA du doigt face aux dérives des réseaux sociaux, or je crois que chaque citoyen doit aussi se sentir responsable", estime-t-il : "Il faut éduquer les enfants très tôt au monde numérique, les adultes doivent prendre les devants, qu'ils soient parents ou enseignants. Nous proposons donc cet outil, gratuitement, qui ne leur demande qu'un peu de temps d'échange avec leurs enfants".

Cet été, l’école des réseaux sociaux propose deux contenus préventifs par semaine, pour en discuter avec son enfant dans une newsletter pour ses abonnés. Une opération gratuite.

Un enfant entre 7 et 12 ans passe en moyenne 5h30 par jour devant un écran

De nombreuses plateformes de médias sociaux demandent à leurs utilisateurs d'avoir au moins 13 ans, voire 16, mais en réalité, les enfants, encore écoliers, y inscrivent déjà leur profil, sous l’œil plus ou moins vigilant de leurs parents et parfois à leur insu.

Quelques chiffres pour saisir l'ampleur du phénomène. Un enfant entre 7 et 12 ans passe en moyenne 5h30 par jour devant un écran. Il existe 5,4 milliards de faux comptes sur les réseaux sociaux. 68% des enfants accèdent à des contenus inappropriés et 40% des élèves disent avoir été victimes de cyber harcèlement, selon le ministère de l’Éducation Nationale. 

.
. / L'école des réseaux sociaux

Des "fiches" pour les parents

À partir de ces constats, l’école des réseaux sociaux a conçu des fiches à l'usage des parents leur permettant de se poser toutes les questions sur la définition d’un ‘ami en ligne’, de la confiance qu’on accorde à ses proches - et lointaines -connaissances, des filtres possibles pour protéger la navigation en ligne de leurs enfants, ou éviter l'addiction aux écrans. La semaine du 24 août, les abonnés recevront des fiches pour les aider à gérer ou éviter la présence des contenus commerciaux. 

L'école des réseaux sociaux incite ainsi à parler avec son enfant, l'inviter à signaler les comportements nocifs, à ne pas répondre aux messages de harceleurs, se faire aider par des organismes ou associations expertes. Chaque fiche proposée dans les newsletters est suivie de “l’activité du jour”, comportant les questions que les parents doivent se poser, la façon dont ils peuvent se positionner pour comprendre ce qui se passe, et aider leurs enfants. 

"Les plus jeunes enfants ont besoin d’être accompagnés par leurs parents pour se préparer à des situations qui les dépasseront et risquent d’avoir un impact sur leur développement", conclut Daniel Jasmin, co-fondateur d’eduPad.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.