La député européenne du Rassemblement national, Annika Bruna, a recruté deux assistants parlementaires mis en examen pour "recel d'abus de confiance". En plus de ce tour de passe-passe qui fait grincer des dents, le RN continue de faire confiance à un expert-comptable renvoyé en correctionnel.

L'hémicycle du Parlement européen, où siègent 23 députés du Rassemblement national.
L'hémicycle du Parlement européen, où siègent 23 députés du Rassemblement national. © AFP / Frédérick Florin

C'était un cadeau fait à son père, une marque d'apaisement. En mars dernier, l'heure était à la réconciliation, Marine Le Pen plaçait sur la liste du RN aux européennes, en position éligible, la fidèle assistante de Jean-Marie Le Pen. Annika Bruna s'occupait, jusque-là, du secrétariat de son père. Elle n'avait jamais eu aucun mandat politique. 

Le 26 mai dernier, Annika Bruna est donc devenue députée européenne, et a choisi de recruter, depuis, deux assistants parlementaires déjà mis en examen et soupçonnés de "recel d'abus de confiance". Il s'agit de Guillaume L'Huillier, ex-directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen et ancien assistant de Bruno Gollnisch, et Timothé Houssin, conseiller régional RN en Normandie et ex-assistant de Nicolas Bay. 

"On se serait bien passé de ce genre de recrutement", concède un élu. D'ailleurs, les 22 autres députés européens ont fait attention, pour le moment, à n'embaucher aucun "mis en examen". L'entourage de Marine Le Pen assure que "ces deux hommes connaissent très bien la machine bruxelloise et seront utiles à la délégation du RN". 

Un renvoi en correctionnel pour l'expert-comptable

Marine Le Pen a voulu surveillé de près l'embauche de ces assistants parlementaires. Elle a, d'ailleurs, écarté plusieurs candidatures. Mais une fois qu'elle a confiance en certains collaborateurs, elle se moque des poursuites ou des enquêtes. C'est pourquoi sa cheffe de cabinet, Catherine Griset, mise en examen dans cette affaire des assistants parlementaires, est aujourd'hui devenue députée européenne. 

Et c'est aussi pourquoi l'expert-comptable, Nicolas Crochet, reste aujourd'hui le "tiers payant" d'une grande majorité d'élus RN, alors qu'il comparaîtra cet automne devant un tribunal correctionnel, dans l'affaire du financement des campagnes électorales entre 2012 et 2015. Le parti, lui-même, en tant que personne morale est également poursuivi. Nicolas Crochet a, notamment, pour mission de verser les salaires des assistants.

Un ex-Insoumis également assistant parlementaire du RN

A peine rentré de Damas, où il a rencontré avec une délégation d'élus RN le président syrien, Bachar Al-Assad, l'ancien conseiller régional de la France insoumise, Andréa Kotarac devient l'assistant parlementaire d'Hervé Juvin. Son ralliement au RN en pleine campagne des européennes avait offert une dynamique à la liste portée par Jordan Bardella. 

L'ancien conseiller souverainiste de Jean-Luc Mélenchon veut maintenant "développer le thème du localisme". Il continuera également à fournir des notes spécifiques à Marine Le Pen, pour séduire notamment l'électorat insoumis.

Le président de la délégation française RN, Jérôme Rivière, a choisi de faire confiance à l'ex-attachée de presse d'Eric Zemmour (pour la promotion de son livre Le suicide français), qui fut aussi pendant de nombreuses années, la conseillère communication de Philippe de Villiers, et même sa directrice de cabinet au Mouvement pour la France. 

Isabelle Muller avait aussi conseillé "ponctuellement et amicalement" les parents de Vincent Lambert dans leur stratégie médiatique, contre l'arrêt des traitements de leur fils, décédé le 11 juillet dernier. Elle sera désormais la directrice de cabinet de Jérôme Rivière, au Parlement européen.

Aucun marioniste choisi

Au lendemain des élections européennes, Marion Maréchal est sorti de son silence, et depuis elle ne cesse de s'exprimer et d’inquiéter sa tante. Marine Le Pen a donc veillé à ce que les nouveaux députés européens n'embauchent aucun ami de sa nièce. "Elle se méfie du moindre infiltré, elle veut tous les connaître", confirme un de ses proches.

Résultat : la plupart des nouveaux élus ont recruté les assistants du mandat précédent. Leif Blanc, Christophe Hennebelle, Audrey Daymard, Philippe Barruel, Maximilien Dufour, Adrien Pierotti, Charles-Henri Quillard, Massimo Sblendorio et Pierre-Louis Bassole entres autres, ont ainsi immédiatement retrouvé du travail. Et aucun n'est un fidèle marioniste. Ce n'est pas un hasard.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.