L'avocat personnel de Donald Trump, ex-maire de New York, refuse de témoigner devant le Congrès américain dans le cadre de l'enquête sur le scandale ukrainien pouvant amener à la procédure de destitution de Donald Trump.

 Rudy Giuliani, 75 ans, l'homme dans le collimateur des démocrates
Rudy Giuliani, 75 ans, l'homme dans le collimateur des démocrates © AFP / Getty Images North America / Alex Wong

Rudolph Giuliani, l'homme présenté autrefois comme le meilleur maire du pays, est aujourd'hui le personnage central d'une probable conspiration politique, un complot présumé mené par l'équipe Trump pour nuire à son principal adversaire démocrate Joe Biden.

Rudolph Giuliani, 75 ans, avocat personnel du président des États-Unis, est sous le coup d'une enquête criminelle. Il a refusé de se soumettre aux injonctions du Congrès cette semaine. Alors que la Chambre des représentants (à majorité démocrate) entend actuellement les principaux témoins dans cette affaire, Rudolph Giuliani refuse de témoigner devant la Chambre des représentants. Il est pourtant cité par quatre personnages centraux dans cette affaire.  

Le "maire de l'Amérique"

En 2001, Rudy Giuliani était surnommé le "maire de l'Amérique" après les attentats du 11-Septembre. Aux États-Unis, tout le monde a en tête ces images de Giuliani à bord d'un hélicoptère survolant le site meurtri ou marchant dans les rues de Manhattan, masque sur le visage. 

Rudy Giuliani, maire de New York, dans les rues de la ville le 12 septembre 2001, aux cotés d'Hillary Clinton
Rudy Giuliani, maire de New York, dans les rues de la ville le 12 septembre 2001, aux cotés d'Hillary Clinton © AFP / ROBERT F. BUKATY / AP POOL

Devenu l'avocat personnel puis "l'homme de main" de Trump

Rudy Giuliani est entré au service de Donald Trump lors de la campagne de 2016 et a rejoint son équipe d'avocats en avril 2018.  Il a passé son temps à défendre le président américain sur les plateaux télé, face à n'importe quelle accusation. 

Plusieurs opposants le décrivent désormais comme "l'homme de main" de Donald Trump. Rudolph Giuliani s'est en effet attelé à convaincre l'Ukraine de livrer des informations compromettantes sur Joe Biden pour la présidentielle de 2020. 

Depuis plusieurs mois, il a noué des contacts avec des intermédiaires louches, des américains d'origine ukrainienne, dans l'espoir d'obtenir l'ouverture d'une enquête à Kiev sur Hunter Biden, le fils de Joe Biden, qui a longtemps eu des intérêts au sein d'un groupe gazier ukrainien, le groupe Burisma. Cet été, Donald Trump a demandé au président ukrainien Volodymyr Zelensky de "se pencher" sur ce dossier.

"Rudy sait ce qui se passe, il est très compétent, ce serait bien que vous lui parliez" avait dit Donald Trump au président ukrainien. 

L'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, a révélé que Donald Trump avait imposé aux diplomates chargés du dossier ukrainien de travailler avec Rudy Giuliani. 

"Je n'ai compris que bien plus tard que l'un des objectifs de M. Giuliani était d'impliquer directement ou indirectement les Ukrainiens dans la campagne de réélection du président pour 2020", a assuré l'ambassadeur.

Selon la presse, ces hommes d'affaires américain nés dans l'ancienne Union soviétique, ont notamment facilité une rencontre à New York entre Rudy Giuliani et Iouri Loutsenko, alors procureur général ukrainien. 

Trump va-t-il le lâcher ? 

Deux hommes d'affaires américains ont été arrêtés cette semaine à l'aéroport de Washington avec un aller-simple pour l'étranger. Ils étaient sous le coup d'une enquête pour violation des lois sur le financement des campagnes électorales. Lev Parnas et Igor Fruman sont accusés d'avoir effectué d'importantes donations à des hommes politiques américains en dissimulant l'origine des fonds, en partie russes. Les deux entrepreneurs ont contribué à hauteur de 325 000 dollars à la campagne de Donald Trump pour 2020 et ont participé mi-2018 à un dîner à la Maison Blanche.

Donald Trump, semblant prendre ses distances avec son fidèle avocat, a commenté :

Je ne connais pas ces messieurs, je ne sais pas ce qu'ils font, peut-être qu'il faut demander à Rudy.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.