D'après une étude publiée ce mardi par Santé publique France, les enfants ont six fois plus de risques de développer des troubles du langage s'ils sont exposés le matin à la télévision, une tablette, un ordinateur, et s'ils ne parlent pas avec leurs parents des contenus visionnés.

L'étude, menée en Ille-et-Vilaine, se concentre sur 276 enfants âgés de 3 ans et demi à 6 ans et demi.
L'étude, menée en Ille-et-Vilaine, se concentre sur 276 enfants âgés de 3 ans et demi à 6 ans et demi. © Getty / Cavan Images

Télévision, smartphone, tablettes, ordinateur... quel impact ont-ils sur le développement des jeunes enfants ? Une nouvelle étude publiée par Santé publique France montre le lien entre l'exposition aux écrans et les troubles primaires du langage. Elle révèle ainsi que les enfants exposés dès le matin avant l'école et qui discutent rarement ou jamais du contenu visualisé avec leurs parents ont six fois plus de risques de développer des troubles primaires du langage.

La moitié des enfants ont accès à une tablette

Cette étude, menée dans 24 communes d'Ille-et-Vilaine, se concentre sur 276 enfants âgés de 3 ans et demi à 6 ans et demi. Parmi eux, 167 sont suivis par un orthophoniste pour des troubles primaires du langage. Les 109 autres ne présentent pas de troubles. À chaque fois, les parents ont rempli un questionnaire renseignant les habitudes de leur enfants face aux écrans. 

Il en ressort que la quasi-totalité (94%) des enfants ont accès à la télévision (5% en ont une dans leur chambre). La moitié ont accès à une tablette et un tiers à un ordinateur, une console de jeu ou un smartphone. Âge moyen de la première exposition aux écrans : 15 mois.

Les enfants avec des troubles du langage passent chaque jour 1h27 devant les écrans 

L'étude montre que les enfants présentant des troubles primaires du langage passent plus de temps devant les écrans soit 1 heure et 27 minutes chaque jour (contre 55 minutes pour les autres enfants). Ils sont également 44% à être exposés aux  écrans le matin avant l'école (contre 22% pour ceux qui ne présentent pas de troubles). Le premier groupe est aussi plus susceptible d'être en contact avec les écrans pendant les repas à la maison et le soir avant d'aller se coucher. 

En ce qui concerne le comportement des parents, 40% du temps, ils ne sont pas aux côtés de l'enfant face aux écrans. Parmi ceux qui ont un enfant présentant des troubles du langage, 31% discutent rarement voire jamais du contenu visualisé avec leur enfant. 

Les auteurs concluent donc que l'exposition aux écrans le matin avant d'aller à l'école favorise les troubles du langage. "Cela peut s'expliquer par le fait que cela épuise l'attention de l'enfant, qui se retrouve moins apte aux apprentissages pour le reste de la journée", écrivent-ils. Une observation confirmée par d'autres études qui montrent le lien entre les écrans et les troubles de l'attention. L'absence d'un parent avec qui parler ce qu'ils ont vu est également problématique, explique Manon Collet, à l'origine de l'étude : 

"Pour se développer, un enfant a besoin d'interagir avec son entourage. Rester seul face à un écran sans pouvoir expliquer ce qu'il a vu limite ces interactions". 

"Le matin est un moment privilégié d'éducation au langage", confirme la psychologue Sabine Duflo. "D'ailleurs les parents qui se mettent à limiter le temps d'écran de leur enfants disent que celui-ci se met à parler plus ! "

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.