INFO FRANCE INTER - L'historien, spécialiste de l'histoire sociale des États-Unis et des minorités, Pap Ndiaye, sera nommé vendredi par Matignon directeur général du Palais de la Porte Dorée, et va donc de fait diriger le Musée national de l'histoire de l'immigration.

Les travaux de Pap Ndiaye portent notamment sur les minorités en France
Les travaux de Pap Ndiaye portent notamment sur les minorités en France © AFP / MEHDI FEDOUACH

Un historien à la tête d'un musée, alors qu'on y nomme plus souvent des énarques. Pap Ndiaye va prendre la direction générale du Palais de la Porte Dorée, qui chapeaute le Musée national de l'histoire de l'immigration, et l'Aquarium Tropical, à Paris. La nomination doit être officialisée vendredi. Une nomination hautement symbolique que celle de cet intellectuel, spécialiste des minorités, en pleine séquence présidentielle sur l'égalité des chances. 

Âgé de 55 ans, né de père sénégalais et de mère française, normalien, Pap Ndiaye est spécialiste de l'histoire sociale des États-Unis et des minorités. Ses travaux s'intéressent également à l'histoire et à la sociologie des populations noires en France. 

Le profil de Pap Ndiaye avait tout pour séduire le président Macron. Cet universitaire, frère de la Prix Goncourt Marie Ndiaye, a déjà travaillé pour le musée d'Orsay à l'occasion de l'exposition "Le modèle noir" et il vient de remettre un rapport sur la diversité à l'Opéra de Paris.

Pap Ndiaye lui-même a bien conscience de la portée politique de cette nomination.

"Je suis honoré de cette nomination" nous a-t-il confié. "Je suis très content de pouvoir travailler pour évidemment une question qui est d'importance. 

C'est un lieu qui est à la fois un lieu de connaissance, et de réflexion sereine sur des questions qui, dans l'actualité brulante, sont souvent considérées de façon polémique et de façon un peu rapide.

Même si Pap Ndiaye dévoilera les détails de son projet seulement lors de sa prise de fonction début mars, on sait déjà qu'il souhaite faire du Musée national de l'histoire de l'immigration un lieu de débats, en lien avec les universités, développer les échanges internationaux avec d'autres lieux consacrés au thème de l'immigration, et renforcer la présence des questions coloniales au sein de l'exposition permanente.

Un nouveau départ pour ce musée mal né, créé sous Jacques Chirac, ouvert sous Nicolas Sarkzoy en 2007, et qui aura du attendre sept ans pour être finalement inauguré. C'était en 2014 par François Hollande.

Le Musée national de l'histoire de l'immigration a notamment pour mission de "rassembler, mettre en valeur les éléments relatifs à l'histoire de l'immigration en France", "faire évoluer les regards et les mentalités".