Santé Publique France publie ce mardi de nouveaux résultats de son enquête sur les habitudes des Français pendant le confinement. Même si les sondés disent avoir plus cuisiné à la maison, ils sont nombreux à estimer que leur alimentation a été moins équilibrée.

Pendant le confinement, vous avez été plus nombreux à cuisiner... tout en mangeant moins bien
Pendant le confinement, vous avez été plus nombreux à cuisiner... tout en mangeant moins bien © AFP / Antoine Kremer / Hans Lucas

Pendant le confinement, avez-vous changé vos habitudes au quotidien ? C'est la question posée par l'étude CoviPrev menée par l'agence Santé Publique France depuis le début de cette période et dont de nouveaux résultats sont disponibles ce mardi. On y découvre en particulier des éléments concernant l'un des aspects incontournables de la vie confinée : la nourriture.

Plus de cuisine maison, mais plus de prise de poids

Et pour une grande partie des Français, le confinement a changé les habitudes alimentaires : ainsi, 37% ont déclaré cuisiner plus de plats faits maison que d'habitude - contre 4% seulement qui disent avoir cuisiné moins que d'habitude. Et pourtant... 17% des Français disent que leur alimentation a été moins équilibrée pendant le confinement qu'avant (contre 13% qui ont déclaré une alimentation plus équilibrée que d'habitude). 

Parmi les raisons qui expliquent cette conclusion, une hausse du grignotage : 22% des Français disent avoir grignoté plus que d'habitude, là où seuls 17% ont moins grignoté. Résultat : au final, sur la durée totale du confinement, ils sont 27% à déclarer avoir pris du poids... contre seulement 11% qui expliquent en avoir perdu. Autre raison avancée : 57% des sondés déclarent trouver moins que d'habitude les aliments qu'ils souhaitent dans les magasins, et 23% portent plus d'attention que d'habitude à leur budget alimentaire.

Les habitudes alimentaires pendant le confinement
Les habitudes alimentaires pendant le confinement © Radio France

Des mauvaises habitudes qui se sont aggravées pendant le confinement

Ces tendances ont évolué tout au long de la période confinée, avec une dégradation des habitudes alimentaires début mai par rapport à avril. Par exemple, la tendance au grignotage est passée de 27% des personnes interrogées qui ont déclaré grignoter début mai, contre 22% mi-avril, et 36% des sondés qui disent avoir pris du poids contre 27% mi-avril. 

Les personnes de moins de 40 ans, les familles avec des enfants de moins de 16 ans, les personnes qui ont des situations financières difficiles et celles qui ont de hauts niveaux d'anxiété et de dépression sont les plus touchés par ces changements survenus avec le confinement. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.