Ce devrait être l'une des attractions cet été : le surf électrique permet de littéralement voler au-dessus de l'eau. De quoi procurer des sensations fortes même chez les novices, et sans aucune vague.

Le surf électrique permet de "voler" au dessus de l'eau
Le surf électrique permet de "voler" au dessus de l'eau © Radio France / Jérôme Val

Imaginez de pouvoir surfer au dessus de l'eau, presque en lévitation, grâce à une planche de surf équipée d'un foil, une sorte d'aile rigide placée dessous, et d'un petit moteur. C'est le concept du surf électrique.

Les contrôles sont simples : avec une télécommande, il est possible de régler la vitesse et une fois lancé, de s'élever au-dessus de l'eau, après un temps d'adaptation pour trouver la bonne position.  "Nous utilisons des batteries au lithium, les mêmes que les voitures Tesla" détaille Cyril Coste, le créateur de ce système. "Elles nous permettent de voler _une heure et demie_."

L'intérêt d'un tel engin est de pouvoir glisser sur tous types de plans d'eau, y compris un lac, avec ou sans vagues. Pas besoin non plus d'avoir dix ans de surf derrière soi. "J'avais envie de rendre ce produit beaucoup plus accessible pour qu'il y ait plus de monde qui puisse avoir cette sensations de voler" explique Cyril Coste. "C'est assez irréel. Ça nous permet d'aller plus vite parce qu'il n'y a plus du tout de frottements avec la planche. On se retrouve à 80 centimètres au-dessus de l'eau, _avec une vitesse qui va quand même jusqu'à 35 km/h_. Ce sont des sensations assez folles." 

Sous la planche se trouvent un mât équipé du moteur à hélice, avec le "foil" (en vert, derrière la planche) qui permet de soulever l'engin
Sous la planche se trouvent un mât équipé du moteur à hélice, avec le "foil" (en vert, derrière la planche) qui permet de soulever l'engin © Radio France / Jérôme Val

6 500 euros la planche

Un surf qui promet donc d'être accessible à tous, mais peut-être pas à toutes les bourses, car il coûte 6 499 euros ! Et pourtant, Takuma, la start-up de Cyril Coste, installée à Lille, est l'une des trois existantes au monde (les deux autres marques sont américaine et australienne). Cette année, elle devrait vendre 3500 planches pour un chiffre d'affaire de 10 millions d'euros. 

"Il y a un vrai marché sur la location et on a déjà énormément de loueurs en France et à l'international qui ont pris les planches" raconte Thomas Bevilacqua, l'autre fondateur de Takuma. "On a livré nos premiers loueurs cet été, notamment en Corse, dans le Sud de la France, en Bretagne et en Normandie. Les gens passionnés pourront se l'acheter pour en faire tous les jours. Évidemment, notre but est de le démocratiser encore plus et de trouver les moyens, en conception, pour avoir des planches à des prix plus accessibles assez rapidement."

Un moyen de déplacement du futur ?

Si ce surf électrique reste au stade du loisir pour le moment, les créateurs de Takuma rêvent en plus grand. "On voit aussi ça comme un mode de déplacement. Dans nos rêves les plus fous, on imagine que demain à Amsterdam, _les gens iraient travailler dans les canaux à l'aide de planches à foil, ou sur la Seine_. Demain, on peut avoir des moyens de transport écologiques autour du foil électrique, en surf, en bateau et sur toutes les formes qui restent à inventer."

Il y a eu les débats sur la trottinette électrique. Voici bientôt peut-être ceux sur le surf électrique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.