Avec 36 millions de tests effectués en 2020 et le pic avant les fêtes de fin d'année, la facture est lourde. Elle dépasse le budget prévu de 500 millions d'euros. Et cela ne va pas s'arrêter là.

La France a dépisté deux fois plus avant les fêtes que n'importe quel pays voisin (photo d'illustration).
La France a dépisté deux fois plus avant les fêtes que n'importe quel pays voisin (photo d'illustration). © Radio France / Maxime Becmeur

La stratégie de dépistage massif et gratuit du gouvernement a un coût, et la facture est même plutôt salée. Entre le 1er mars et la fin de l'année 2020, quelque 36 millions de tests ont été réalisés en France, selon les derniers relevés de la Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (Drees). 33,7 millions de tests RT-PCR et 2,8 millions de tests antigéniques. 

La France a dépisté deux fois plus avant les fêtes que n'importe quel pays voisin, notait il y a quelques jours le ministre de la santé Olivier Véran, avec trois millions de tests pendant la semaine de Noël. Le nombre de tests antigéniques a d'ailleurs été multiplié par cinq en quinze jours sur cette période.

2,7 milliards d'euros de tests

Cela représente un coût total de 2,7 milliards d'euros pour la Sécurité sociale, a calculé Bercy. C'est 500 millions de plus que prévu à l'automne. Parce que les tests sont gratuits, pris en charge à 100%.

Et la note va encore s'alourdir. Pour 2021, le gouvernement a provisionné 4 milliards d'euros, dont 2 milliards d'euros pour les tests. Un budget, on le voit largement dépassé en 2020. Et puis il y a les vaccins. À ce stade, le projet de loi de financement de la sécurité sociale a ouvert une ligne de crédit : 1,5 milliard d'euros prévus. Mais là encore, la somme sera dépassée. 

Pour autant, sur ce point, le gouvernement ne regardera pas à la dépense. C'est "le meilleur investissement qui soit", assume-t-on à Bercy.