Faire pousser des fleurs dans l'espace, c'est le défi lancé par une équipe de jeunes designers et biologistes français. L'astronaute Thomas Pesquet sera chargé de faire pousser ces graines d'œillets lors de son prochain voyage de six mois dans l'espace.

Thomas Pesquet, sur la station spatiale internationale, va se voir confier une nouvelle mission : faire pousser des fleurs
Thomas Pesquet, sur la station spatiale internationale, va se voir confier une nouvelle mission : faire pousser des fleurs © AFP / AFPTV

Cinq petites graines vont rejoindre la station spatiale internationale cet été : il s'agit de cinq graines d'œillets d'Inde, avec leurs belles fleurs orange, qui ont été sélectionnées pour ce voyage à 400 kilomètres de la Terre. "C'était la plante qui rassemblait le plus de caractéristiques intéressante pour être envoyée dans l'espace : son temps de floraison est de deux mois environ, et c'est une plante relativement résistante. Elle devrait pouvoir résister au décollage", explique Bastien Padiolleau, l'un des participants au projet.

Ce projet a été imaginé par une dizaine de jeunes étudiants et étudiantes en biologie, électroniciens ou designers. Pour voyager dans l'espace, explique Bastien Padiolleau, les graines seront enfermées dans une capsule éclairée par des LED. Celles-ci seront chargées de simuler la lumière du soleil, avec un mélange de fibres de coco et de nutriments qui eux, viendront remplacer la terre. 

Expérience olfactive

A bord, c'est Thomas Pesquet qui sera en charge de leur entretien : "Toutes les deux semaines, Thomas Pesquet va être amené à venir arroser les cinq graines d'oeillets d'Inde. Cela se fera par l'intermédiaire d'une seringue. Par simple pression, la germination va se lancer à partir du moment où l'astronaute mettra la première goutte d'eau. Au bout de deux mois, il aura donc une belle fleur bien garnie". 

La capsule de transport des graines contiendra aussi des cartons qui reproduisent des odeurs végétales, comme des parfums de rose ou de pins. Une deuxième expérience, qui permettra de savoir si l'odorat de Thomas Pesquet se modifie sous l'effet de l'apesanteur, pendant son séjour dans l'espace.