Une minute de danse par jour, c’est ce que pratique la chorégraphe Nadia Vadori-Gauthier depuis maintenant plus de 5 ans. Cela fait 1900 jours ! Elle a commencé au lendemain des attentats de Charlie Hebdo et depuis la période de confinement, elle poursuit ce geste artistique en invitant les Français à la rejoindre.

Nadia Vadori-Gauthier
Nadia Vadori-Gauthier © Nadia Vadori-Gauthier

Danser une minute par jour, c’était un geste de résistance poétique pour Nadia Vadori-Gauthier. Quelques mois après le début de cette initiative il y a eu les attentats du Bataclan, puis désormais cette crise sanitaire. Son geste chorégraphique a évolué avec le temps et les 1900 vidéos sont disponibles sur son site. 

"En janvier 2015, c'était une façon de continuer de faire circuler la vie et d'être avec les autres, et de ne pas rester terrer chez soir et continuer à tisser des liens" explique Nadia Vadori-Gauthier. "Aujourd'hui c'est le contraire, on nous demande de rester confinés pour des raisons collectives et sanitaires. Entre les deux il y a eu beaucoup d’événements que la société a traversé et que j'ai accompagnés par ces minutes de danse."

Mon geste de résistance poétique cherche à interroger les espaces entre l’humain et la nature, le lien entre les hommes et leur environnement. 

Aujourd’hui Nadia Vadori-Gauthier demande à tous les français de l’accompagner dans son geste chorégraphique. Elle a déjà reçu plus de 500 vidéos, et une toute petite sélection est disponible sur sa page Facebook. On y voit des gens dans leur jardin, sur leur balcon, dans leur cuisine. La poésie et l’humour sont au rendez-vous, on vous conseille notamment celle d’une jeune femme dansant avec son gel hydroalcoolique dans sa voiture ! 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.